MÂCHOIRES INFERNALES: les DENTS de la MORT
Crocofilms et Zylo, en partenariat avec William Grefe et "Film Artists" sortent "Les Mâchoires infernales" / "Secret Pulsion"...                      lire

SHARK: MONSTRE DE L'APOCALYPSE
Sortie annoncée du film de Lamberto Bava - Floride, l'hélicoptère des gardes-côtes découvre un cadavre affreusement mutilé...                    lire

Ne pas mélanger tueurs marins avec marins meurtriers, on réunit ici toutes les formes de vie marine qui tuent de pauvres innocents, menacent de belles dames et créent le malheur des riches. Des requins, piranhas, calmars géants, crocodiles, etc. Une suggestion de Black Knight.

mise à jour le 3 juin 2014

1 | 2

2-HEADED SHARK ATTACK aka: TWO-HEADED SHARK ATTACK; SHARKS - Christopher Ray, 2012, États Unis 

Christopher Douglas-Olen Ray, fils de Fred, roule sa bosse de bisseux briscard en alignant les titres les plus ringues de la boîte à bousins rigolos The Asylum. La preuve avec cet hallucinant "2-Headed Shark Attack", sorti en France sous le titre étrangement sobre de "Sharks", un film qui aligne les tares comme aucun autre... Ce qui sert de récit se résume à peu près à cela: une vingtaine de jeunes se trouvant à bord d'un bateau pour une raison éducative sont la proie d'un énorme squale bicéphale après que leur embarcation soit tombée en panne au large d'une île désertée de ses quelques habitants et qui s'apprête à sombrer dans les profondeurs de l'océan. Un prétexte comme un autre pour apporter de la chair fraîche à portée du prédateur...

La chair fraîche en question est principalement composée de bimbos à gros nichons, de pouffiasses en bikini et de frimeurs stéroïdés dont le QI cumulé ne saurait permettre à un pêcheur d'enfiler un appât sur un hameçon. L'occasion pour la playmate en chef Carmen Electra de montrer que la quarantaine lui va bien et pour Brooke Hogan (fille de Hulk) qu'être blonde à gros seins et fille de superstar du catch peut éventuellement ouvrir les portes de la série Z. Tant mieux pour elles, et pour nous aussi, d'autant plus que "2-Headed Shark Attack" en rajoute quelques couches avec une scène saphique aquatique où deux demoiselles enlèvent le haut avant de finir dévorées par le requin doublement glouton. Dit comme ça, on pourrait croire que le film mérite un oscar, mais c'est parce que j'ai passé le reste sous silence. Tout d'abord, on veut nous faire croire que la vingtaine de cerveaux lents se trouvant sur le bateau est censée opérer un voyage de 48 heures sur une embarcation qui n'est visiblement pas dimensionnée pour cela. Soit... Mais le gros souci reste avant tout la gestion des proportions. Le réalisateur s'en soucie d'ailleurs tellement peu que cela fini par devenir insultant. Ainsi, le requin molosse de près de deux mètres de haut parvient à approcher avec une discrétion digne d'un ninja des baigneurs trempés jusqu'au nombril, tandis que le bateau est ancré à un ou deux kilomètres ou à quelques dizaines de mètres selon le point de vue opéré par la caméra. Mieux encore, alors que la capitaine du bateau prétend avoir besoin de 24 heures pour réparer la coque fissurée de son navire en mode plongée, il ne suffira que de quelques minutes au personnage de Brooke Hogan pour y parvenir alors qu'elle ne sait pas nager, a peur de l'eau, et n'a jamais plongé de sa vie! Il ne s'agit là que de quelques-unes des multiples aberrations de ce machin dont le montage et les dialogues suffisent à rendre fou n'importe quel spectateur doué de raison. Dans le genre, c'est vraiment hardcore! Kerozene

12 DAYS OF TERROR aka Panique à New Jersey - Jack Sholder avec Colin Egglesfield, Mark Dexter, Jenna Harrison, John Rhys-Davies, Jamie Bartlett, Adrian Galley, Colin Stinton, Roger Dwyer, Patrick Lyster, 2004, États Unis, 89m, TV

En juillet 1916 sur une plage du New Jersey, un baigneur est attaqué par un requin. Les sauveteurs interviennent, mais le baigneur succombe à ses blessures. Les autorités en place refusent d'admettre qu'un requin est responsable de cette tragédie, étant donné qu'aucun témoin n'a rien vu de concluant lors des événements, et qu'il n'existe aucun précédent de ce genre, puisqu'il n'y a jamais eu d'attaques de requins répertoriés près d'aucune plage quelconque, ni preuve scientifique que cela s'avère possible. Un surveillant des plages, Alex, est pourtant convaincu du contraire et lorsque l'un de ses collègues sauveteurs se fait à son tour attaquer et broyer les jambes, un aileron de requin est cette fois clairement visible. Pour contrer la menace du squale, des pêcheurs installent un filet de sécurité métallique en mer près des plages, mais le requin déjoue la manoeuvre en pénétrant dans une petite crique où il sème à nouveau la terreur en faisant d'autres victimes. Alex, un ami pêcheur de requins, de même qu'un chasseur taxidermiste, se lancent alors à la poursuite du squale pour le tuer.

Le fait divers ici raconté, portant sur les attaques d'un requin blanc juvénile qui a fait 5 victimes, dont l'une d'entre elles fût handicapée à vie, sur une plage du New Jersey en 1916, a inspiré l'auteur Peter Benchley dans l'écriture de son livre "JAWS", ainsi que les scénaristes ayant adapté à l'écran sa célèbre version cinématographique. Malgré un soin convenable dans la reconstitution d'époque, "12 DAYS OF TERROR" a le désavantage d'avoir été fait après le film de Spielberg, puisque pratiquement toutes les situations présentées dans ce film rappellent au spectateur le "JAWS" original de 1975, tant dans les séquences d'attaques de requins que dans les personnages ou les rebondissements connus du récit. Comme en plus il s'agit d'un produit fait pour la télévision, les trucages y perdent en qualité, comme en témoignent les quelques affreux plans conçus en CGI, qui viennent déteindre sur la conception visuelle de l'ensemble, et les effets mécaniques peu élaborés, qui donnent à l'écran un requin bien ordinaire et rarement vu dans son entier. À la réalisation, le vétéran Jack Sholder essaie tant bien que mal de donner une vigueur et un suspense au métrage, malgré quelques effets gore (trop) brefs, comme la scène où l'une des victimes a les deux jambes coupées. Mais sans être totalement ennuyeux, le résultat final est bien mièvre et peu passionnant, car il n'en reste pas grand chose à se mettre sous la dent, si on peut dire. Les efforts de Sholder dans sa mise en scène et le jeu des comédiens sont négligeables dans un tel contexte. Mathieu Lemée

20,000 LEAGUES UNDER THE SEA AKA 20,000 LIEUES SOUS LES MERS - Stuart Paton avec Allen Holubar, Curtis Benton, Lois Alexander, 1916, États Unis, 99m

Un monstre coule les bateaux sur les mers du monde. Une équipe part à sa recherche et la découverte de cette immense créature s'avère leur perte, car il s'agit en fait du Nautilus, le sous-marin du Capitaine Nemo. Recueillis par l'homme basané, ils observent avec plaisir les fonds marins grâce au crystal résistant aux profondeurs extrêmes. Parallèlement des naufragés sur une île mystérieuse découvrent une jeune fille sauvage et un homme accablé par ses actions passées part en mer.

Si l'intrigue mélange deux romans de Jules Verne, celui du titre et l'île Mystérieuse, le tout semble surtout l'occasion de tourner les premières scènes sous-marines de l'histoire du cinéma. Du coup, il y a bien des longueurs qui rebuteront un spectateur d'aujourd'hui, presque cent ans plus tard et la musique, ici une trame jouée à l'orgue qui est très répétitive, n'ajoute pas nécessairement une bonification au film muet. L'édition Bach Films a la majorité des scènes teintées, une pratique courante à l'époque. Le dernier tiers du métrage bouge plus, avec une longue explication de la vengeance de Nemo et du lien qui unit une bonne partie des personnages regroupés aux hasards de l'aventure. Accessoirement, il fait plaisir de voir la première pieuvre géante tueuse, un truc qui ressemble à un animal gonflé peu crédible mais rigilo.

En prime un très court-métrage muet de Russie, RÉVOLUTION INTERPLANÉTAIRE de 1929, en animation d'images découpées, ou on explique comment se défaire des méchants capitalistes, en les envoyant dans l'espace ! Mario Giguère

ALLIGATOR - Lewis Teague, 1980, États Unis 

12 ans après qu'un bébé alligator fut flushé dans les toilettes et qu'il se soit nourrit pendant ces nombreuses année de cadavres de chiens qui avaient été expérimenté avec des hormones pour la croissance&ldots; Le voici maintenant faisant 36 pieds de long, qui croque un humain par-ci et par-là. Mais il y a bien plus de miam miam là-haut, alors il décide d'y monter pour y semer la pagaille. La scène de la fête ou des gros bonnets prennent leur apéritif est mémorable. Avec Robert Forster, Henry Silva et Jack Carter.

P.S. Jack Carter n'est pas joué par Jean-Nicolas Verrault. Rana

ALLIGATOR 2 - Jon Hes, 1991, États Unis 

Si ALLIGATOR premier du nom était plutôt une chouette série B avec laquelle on s'éclatait, le second opus s'avère en revanche être une grosse merde chiante. Qu'espère-t-on voir avec un titre comme ALLIGATOR 2 ? Ben, c'est simple. Un gros alligator qui bouffe des gens, qui leur arrache des membres, que ça pisse le sang, que ça hurle, et, occasionnellement, que l'on nous montre un peu de fesses féminines... Puis la mort du monstre bien entendu. Ici, on vire tous ces éléments sauf le dernier. Les morts sont chiantes et on ne voit rien. Les personnages sont hyper clichés (le flic rebelle mais qui se trouve être le meilleur, son coéquipier non désiré qui deviendra son pote, le vilain industriel qui veut construire un gros complexe de béton, les petits loubards, etc...). On y retrouve Richard Lynch en chasseur d’alligator redneck et Dee Wallace Stone en femme de flic. On se fait chier. A la fin l'alligator explose grâce à des lance roquettes utilisés dans les égouts. Forcément, ça fait du bruit, mais les héros à 3 mètres de l'explosion ne craignent heureusement rien du tout. La bête, elle explose. J'oubliais, celle-ci a muté à cause de déchets toxiques et est devenue énorme et insensible aux balles. L'illusion est totalement ratée, le lézard laisse totalement indifférent, sauf lors de 2-3 gros plans ou il fini par nous faire rire.Triste film. Kerozene

ANACONDAS: À LA RECHERCHE DE L'ORCHIDÉE DE SANG aka Anacondas: The Hunt for the Blood Orchid - Dwight Little avec Johnny Messner, KaDee Strickland, Matthew Marsden, Eugene Byrd, Salli Richardson-Whitefield, Nicholas Gonzalez, Karl Yune, Morris Chesnutt, 2004, États Unis, 97m

Un groupe de jeunes chercheurs d'une compagnie pharmaceutique part en expédition dans la jungle de Bornéo pour chercher l'orchidée de sang, une fleur rare détenant le secret de la vie éternelle. Le groupe s'embarque à bord d'un rafiot miteux piloté par un ancien mercenaire pour traverser le fleuve menant à la jungle. En cours de route, le bateau est perdu après avoir dérivé vers les chutes et ses occupants doivent alors traverser la jungle à pied pour rejoindre un point de rencontre sur le fleuve avec un autre bateau. Mais ils n'ont pas compté sur la présence de nombreux anacondas errant dans les environs. Ceux-ci ont vite senti le petit groupe et ont bien l'intention de s'offrir un joli festin.

Suite tardive d'un succès modeste que certains qualifient de discutable, "ANACONDAS..." fourmillent d'invraisemblances criantes (la présence d'anacondas dans la jungle de Bornéo par exemple) et d'éléments "très très" prévisibles. Heureusement, le réalisateur Dwight Little, en bon professionnel du "prêt-à-visionner", a eu l'idée d'aborder cette histoire sans le moindre sérieux et a préféré miser sur le décor tropical et beaucoup d'humour pour donner un peu de souffle à son film et faire passer les clichés. Les dialogues sont tellement absurdes et mal mis en situation que l'on sent que les scénaristes ont volontairement voulu offrir une autre salade de plus pour satisfaire les fans de séries B, au contraire d'un suspense bien construit. Vu sous cet angle, le film plaira, surtout que les anacondas conçus par ordinateur ne sont pas plus réussis que dans le premier "ANACONDA". De jeunes acteurs inconnus tirent honorablement leur épingle du jeu, respectant les règles de base dictées par le genre. Mathieu Lemée

ANACONDA 3: OFFSPRING aka Anaconda 3: Progéniture - Don E. FauntLeRoy avec David Hasselhoff, Crystal Allen, John Rhys-Davies, Ryan McCluskey, Patrick Regis, Anthony Green, 2008, États Unis/Roumanie, 91m

Deux anacondas, un mâle et une femelle, capturés dans le bassin de l'Amazonie sont détenus dans un laboratoire pharmaceutique d'expérimentation, où ils servent de cobayes pour des tests visant à la création d'un élixir de jeunesse fabriqué à partir d'orchidées de sang. Le projet de recherche est dirigé par le Dr. Amanda Hayes et financé par Murdoch, un industriel extrêmement riche qui espère que l'élixir pourra le guérir du cancer dont il est atteint. Les tests ayant fait grossir les anacondas en plus de les avoir rendu plus agressifs, le Dr. Hayes insiste auprès de l'adjoint de Murdoch, Pinkus, pour que les murs des enclos où sont enfermés les serpents soient solidifiés. Trop tard car à la suite d'un incident, les deux anacondas s'échappent du laboratoire pour s'en aller dans la forêt environnante. Afin de les retrouver, Murdoch fait appel à une équipe de chasseurs dirigée par Hammett, un homme expérimenté dans la capture d'anacondas. Les chasseurs ont cependant moins de 24 heures pour retrouver les serpents car ceux-ci se dirigent vers la ville, alors que la femelle sera bientôt sur le point de donner naissance à des bébés.

Après deux films distribués par COLUMBIA PICTURES dont le succès en salles fût bien modeste, voilà qu'une petite compagnie, spécialisée dans la production de séries B faits pour le marché du DVD et pour la chaîne SCI-FI, a décidé de reprendre la franchise ANACONDA pour en concevoir une troisième partie. Tourné en Roumanie, alors que l'intrigue est censée se dérouler en Caroline, ce film d'agressions animales ne risque pas d'impressionner grand monde. Le récit est inutilement confus et parsemé d'incohérences aussi risibles que le niveau de qualité des trucages informatisés employés pour animer les anacondas. Même les effets de transparence sur fond d'écran vert semblent avoir été bidouillés à la va-vite, et la réalisation brouillonne vient confirmer le bâclage du résultat. Il faut noter néanmoins que le sang coule pas mal dans ce film, alors que les anacondas s'amusent à arracher les têtes de leurs victimes, ce qui ne manque pas d'être à la fois complètement aberrant et foutrement drôle. Un David Hasselhoff grisonnant vient nous ré-illustrer pour la énième fois les clichés du chasseur vétéran parfois porté sur la bibine, alors que John Rhys-Davies ne se renouvèle pas du tout dans la peau d'un autre puissant mégalomane. Mathieu Lemée

ANACONDA 4: TRAIL OF BLOOD aka Anaconda 4: Chemin Sanglant - Don E. FauntLeRoy avec Crystal Allen, Linden Ashby, John Rhys-Davies, Calin Stanciu, Ana Ularu, David Frye, Danny Midwinter, 2009 États Unis/Roumanie, 88m

Un couple d'anacondas et leur progéniture ont pu être anéanti grâce au courage du Dr Amanda Hayes. Mais un des bébés a survécu et est utilisé pour des expériences par un scientifique qui travaille pour le compte du richissime Murdoch, toujours en quête d'un remède pour guérir le cancer qui l'afflige. Ce savant, à partir d'un hybride des orchidées de sang de Bornéo, a pu créer un sérum qui permet la régénération des cellules. Étant cependant sans nouvelles du scientifique depuis un certain temps, Murdoch, persuadé d'avoir été doublé, envoie une équipe de mercenaires pour le retrouver. Le Dr Amanda Hayes est également à sa recherche, dans le but de détruire le sérum et le serpent. Sa route croise celle d'un groupe de jeunes scientifiques en camping dans la région. Tout ce beau monde ignore que le scientifique recherché a été tué par l'anaconda, qui a réussi à s'échapper et qui se balade maintenant dans la nature à la recherche d'autres victimes. Les choses se compliquent lorsque le Dr Hayes découvre que l'anaconda, suite aux expériences qu'il a subi, est bien plus grand que la moyenne et qu'il peut se régénérer instantanément en cas de blessures, ce qui le rend quasi-invulnérable. De plus, les mercenaires menacent de tuer les jeunes scientifiques si Hayes ne leur donne pas les échantillons du sérum qu'elle a découvert intacts dans la maison du scientifique.

À la manière des productions de Roger Corman, ANACONDA 4 a été tourné directement dans la foulée du précédent chapitre, dont la fin ouverte laissait prévoir de toute manière cette autre suite. L'on y retrouve d'ailleurs la même équipe technique, les mêmes extérieurs tournés en Roumanie et pratiquement le même casting, comme si les deux films avaient été tournés en même temps pour des raisons budgétaires. Le niveau de qualité ne s'est cependant pas rehaussé dans ce tome 4; on s'en vite compte devant le manque total de fluidité dans la conduite de l'intrigue, alors que certains personnages secondaires apparaissent et disparaissent sans qu'on puisse comprendre la raison de leur présence. Le tout empire davantage avec le comportement incongru des principaux protagonistes, dont les agissements vont carrément à l'ouest dans presque toutes les scènes. Rajouter à cela des trucages informatiques pitoyables où l'anaconda a l'air d'un dragon moche, un suspense anémique, l'absence de gore alors qu'il y en avait à profusion dans ANACONDA 3, un rythme aussi plat qu'une descente de lit, de même qu'une réalisation désorganisée, voire bordélique: voilà ce qui résume en gros cet inqualifiable ratage fait pour la chaîne SCI-FI et pour le marché du DVD. Quelques moments se révèlent involontairement rigolos, mais il faut quand même se forcer pour rire tellement on s'emmerde à la vue de tant de maladresses plus lassantes qu'amusantes. L'interprétation est cousue de fil blanc, c'est-à-dire aussi nulle que le reste. Mathieu Lemée

BAIT - Kimble Rendall, 2012, Australie   

L'idée de "Bait" n'est pas plus conne qu'une autre: suite à un tsunami, les survivants d'un supermarché inondé doivent gérer l'intrusion malvenue de requins bien contents de pouvoir se servir à l'étalage. Avec une poignée de personnages classiques mais pas trop mal écrits - à savoir de jeunes héros bien roulés (ils sont surfeurs, elles sont du genre à porter le bikini le plus fin) et leurs romances contrariées, un papa flic, un duo de criminels et quelques employés - et un décors original pour une invasion de squales, le réalisateur du slasher "Cut" (2000) entretient un huis-clos tout à fait plaisant, au suspense efficace et aux attaques sanglantes réjouissantes et parfois très gores. Il faut dire que depuis douze ans, le monsieur s'est fait les dents comme réalisateur de seconde équipe sur quelques grosses productions comme les suites de "Matrix" ou encore "I, Robot", ce qui explique sans doute la solide tenue de sa mise en scène adaptée aux contraintes de la 3D. Loin du bousin soporifique "Shark Night" réalisé l'année précédente, "Bait" n'est ni plus ni moins que le film de requins les plus réussit depuis "Deep Blue Sea", voire "La Mort au large"! Kerozene

The BEAST aka La Bête - Jeff Bleckner avec William Petersen, Karen Sillas, Charles Martin Smith, Ronald Guttman, Larry Drake, Missy Crider, Sterling Macer Jr., Dennis Arndt, Adrienne-joi Johnson, 1996, États Unis, 165m (116m sur VHS), TV

Dans l'état de Washington, la petite ville de pêche appelée Graves Point est en émoi lorsqu'un jeune couple est porté disparu en mer. Un vétéran pêcheur, Dalton, retrouve leur canot de sauvetage ainsi qu'une curieuse griffe accrochée à l'intérieur. Il expédie la griffe vers un centre de recherches en biologie marine et un spécialiste, le professeur Tarrant, lui fait savoir que la griffe ne peut provenir que d'un tentacule d'un calmar géant. Lorsque deux jeunes plongeurs disparaissent près d'une bouée, Dalton essaie de convaincre les autorités et les autres pêcheurs de l'existence d'un calmar géant dans la région et qu'ils doivent se tenir tranquilles car comme le poisson manque, le calmar s'en prend à tout ce qui est à sa portée et s'il ne trouve rien, il s'en ira ailleurs. Mais le maire, qui pense surtout à l'économie de la ville paye un pêcheur pour tuer le calmar. Il en tue un, mais malgré sa grande taille, il ne s'agit que d'un bébé. Pendant ce temps, la mère qui est d'une taille gigantesque, fait d'autres ravages. Dalton monte alors une petite expédition pour pouvoir la détruire.

Cette mini-série télé de presque 3 heures est une adaptation d'un roman de l'auteur de "Jaws", Peter Benchley. L'histoire lui ressemble d'ailleurs beaucoup car on y retrouve des personnages, des situations et des développements similaires. Tournée en Australie, la série a quand même bénéficié d'un certain soin. Cependant, le fait qu'il s'agisse d'un produit pour la télévision diminue le potentiel horrifique que ce genre de récit peut atteindre. Ainsi, les amateurs de gore ne trouveront pas grand chose à se mettre sous la dent. Reste quelques scènes défendables au niveau du suspense bien que les surprises se font rares. Techniquement, l'ensemble est impeccablement ficelé et les effets spéciaux sont potables; la conception du calmar géant apparaît suffisamment convaincante à l'image. Quant aux personnages, ils n'échappent pas aux clichés artificiels d'un produit de série. Notons que la version en VHS a été réduite à une durée de presque 2 heures, ce qui fait que certains détails essentiels ne sont pas expliqués. En résumé, une mini-série agréable à défaut d'être exceptionnelle, grâce à quelques moments palpitants (surtout ceux avec le calmar). Les acteurs se tirent d'affaire dans l'interprétation de personnages tout d'une pièce. Mathieu Lemée

  BEAST OF BERING SEA - Don E. FauntLeRoy avec Cassie Scerbo, Brandon Beemer, Jaqueline Fleming, 2013, États Unis, 86m

Une entreprise familiale, le père, la fille et le garçon, ont engagé un aide pour tenter de ramasser le plus d'or sur une partie du fond marin du détroit de Bering. On se dépêche au cas où on ne réussirait pas à obtenir la franchise sur l'endroit. Malheureusement, ils vont réveiller une légende locale, un nid de créatures surnommées vampires de mer, des espèces de raies suceuses de sang qui nagent, volent et vont jusqu'à marcher sur terre. Naturellement personne ne les croit et ni la police ni l'armée n'est dans le coin.

Les productions Asylum pour la Syfy se suivent et ne se ressemblent pas, en tout cas pas au niveau du succès. Ce nouveau péril marin profite bien d'une flopée d'acteurs qui prennent leur rôle au sérieux, mais il est franchement desservi par des créatures en CGI risibles. Ces espèces de raies avec une tète de Muppets sont totalement ringardes lorsqu'elles se mettent debout sur leur... on ne sait pas quoi. Un rayon de lumière et ils explosent comme Christopher Lee au soleil. Il y a beau y avoir quelques victimes, dont le méchant de service qui n'a pas le temps d'être trop méchant, leur menace n'a pas de poids. C'est donc long et indigeste et pas vraiment drôle, ce que Sharknado évitait avec brio. Mario Giguère

BERMUDES: TRIANGLE DE L'ENFER aka Bermudes: la fossa maledetta - Tonino Ricci avec Janet Agren et Arthur Kennedy, 1978, Italie

Un homme se voit remettre des documents importants qu'il doit amener clandestinement à New York par avion. L'avion coule dans le coin des bermudes. Un plongeur, seul rescapé d'une expédition navale dans le coin mais amnésique, est recruté pour récupérer le truc. Sa blonde, la belle Janet Agren, aimerait mieux qu'il se repose, mais il plonge et découvre des requins qui reposent au fond de la mer, comme sous la volonté d'une force mystérieuse...

Quel curieux mélange de genres, du film de gangsters, du sous-genre des requins ( avec un gros clin d'oeil à JAWS), au final fantastique. Il semble que ce film soit très près de l'autre film des Bermudes avec la poupée, puisqu'on la voit, et je me demande si Ricci n'a pas tourné deux films en un, à la manière de Franco. À moins que les producteurs aient voulu refiler une partie du matériel pour un autre film... La Notte degli squali, 1987, a un scénario presque identique, mais John Steiner au lieu d'Arthur Kennedy. En tout cas ce film est un somnifère puissant, avec tout de même une musique de Stelvio Cipriani appréciable. Mario Giguère

The BLACK PEARL aka La PERLE NOIRE aka La PERLA NEGRA - Saul Swimmer, 1977, États Unis/Espagne  

S'il y a une bestiole qui n'a pas connu une grande carrière dans les films d'agressions animales, c'est bien la raie manta ! Hormis THE SEA BAT datant de 1930 (merci Nachthymnen!), elle s'est illustrée dans cette pelloche d'aventure qu'est LA PERLE NOIRE. L'action se déroule au Mexique, dans un village de pêcheurs d'huîtres perlières où vit Ramon, un jeune homme qui ne rêve que de plonger pour chopper des perles pour le compte de son père qui les revend. C'est un vieux sage baroudeur des mers qui va le former. Et sa formation, il la suit dans une crique abritant une grotte maudite dont l'accès est interdit - car il s'agit là du territoire de la manta diablo, créature marine légendaire qui aurait causé la mort de nombreux marins. Mais Ramon est une tête de mule qui n'écoute pas les grandes personnes et il se rend dans la grotte, y plonge et ramène une huître monstrueuse de laquelle il retire une énorme perle noire ! Furieux, son mentor lui ordonne de relancer la perle à la mère car elle est la propriété de la manta diablo. Il refuse et déclenche ainsi une malédiction : les éléments se déchainent, la mer s'emballe, la manta diablo pointe le bout de ses écailles et l'avenir s'assombrit...

LA PERLE NOIRE est un petit film d'aventure familial, une pelloche pour préados en quête d'évasion mis en scène par Saul Swimmer, un homme qui s'illustra principalement dans le documentaire ou le film musical pour le compte des Beatles ou de Queen. LA PERLE NOIRE fait donc office d'intrus dans cette filmo sinueuse. Toujours est-il que bien qu'il soit loin d'être passionnant - c'est très lent et pas spécialement intéressant - le film étonne de par une morale relativement douteuse (le jeune héros fini quand même par empocher le pactole en vendant la perle qui a causé la mort de son père et de nombreux pêcheurs, et qu'il dut la voler aux mains de l'église) et anticléricale (il perd la foi !). Étonnant pour un film familial espagnol de cette époque. L'intrigue est principalement focalisée autour du personnage principal et de son milieu (un village pauvre et rustique) plutôt que sur le monstre qui n'apparaît finalement que très rarement. Swimmer est visiblement plus intéressé par le cadre social dans lequel évoluent ses protagonistes que par l'aspect fantastique du récit, ce qui n'est pas un mal en soi mais il est vrai qu'on aurait souhaité voir plus d'action marine. Quant aux attaques du monstre, elles sont brèves et confuses. Mais le final réserve une scène plutôt sympathique où un pêcheur antipathique harponne le bestiaux avant de lui grimper sur le dos et de surfer la vague en hurlant comme un gamin tout en poignardant gaillardement la poiscaille ! On pense aussitôt au Capitaine Acchab de Moby Dick, toutes proportions gardées. Sinon, le film est à voir pour les complétistes d'agressions animales désireux de voir le gros œil en plastique de la manta diablo disparaître dans les flots... Kerozene

BLACK WATER - David Nerlich & Andrew Traucki, 2007, Australie

Un homme, sa femme et la sœur de celle-ci, se font une virée tout ce qu'il y a de plus touristique en direction de l'outback australien. Après une incontournable visite d'une ferme aux crocodiles, le petit groupe loue une frêle embarcation pour une partie de pêche en eau trouble. Après s'être bien enfoncés en territoire hostile, nos touristes subissent l'assaut brutal d'un crocodile pas franchement amical. Dix minutes de film viennent de s'écouler, et voila nos trois personnages perchés dans un arbre, sournoisement surveillés par un reptile glouton. Et c'est dans ce cadre réduit que vont se dérouler les 80 minutes restantes...

BLACK WATER fut monté en parallèle de la grosse production ROGUE (20 millions de dollars) pour un budget de moins d'un million de dollars. Tournage en vidéo avec un casting réduit, dans un décor réduit et où les apparitions du bestiaux sont réduites à de furtives entrevues. Furtives, mais saisissantes! Les images du monstre laissant poindre lentement sa silhouette à la surface d'une eau opaque sont d'une redoutable efficacité, tellement efficaces d'ailleurs - et pourtant tellement simples - que jamais croco n'aura paru aussi menaçant! Soit disant basé sur un fait réel, le concept de cette histoire très similaire à celle de ROGUE est son principal atout est en même temps que son principal défaut. Atout parce que la simplicité du récit permet une approche pour moindre frais, défaut parce qu'il n'est pas forcément évident de captiver le spectateur 80 minutes durant avec une idée proche du film SUR UN ARBRE PERCHE de Serge Korber - version croco bouffeur d'hommes - sans se mordre la queue. Au final, le pari est à moitié réussi. L'ambiance oppressante grâce à la présence menaçante de la bestiole est bien présente, mais il faut tout de même admettre que le scénario peine parfois à combler les passages "reposants" lors desquels nos protagonistes discutent parfois pour ne rien dire ou passent un certain temps à scruter l'eau boueuse en silence.... Alors ce n'est effectivement pas aussi généreux que ROGUE, nous sommes ici en présence d'une série B quelque peu minimaliste, mais pour un aussi petit budget on peut tout de même considérer BLACK WATER comme une jolie petite réussite. Kerozene

BLOOD SURF aka KROCODYLUS aka VAGUE DE SANG - James D.R. Hickox avec Dax Miller, Katie Fischer, Matt Borlenghi, Joel West, Taryn Reif, Duncan Regehr, 2000, États Unis, 87m

Deux surfeurs amateurs de sensations fortes s'engagent à surfer au milieu de requins voraces. Contre toute attente, c'est un gigantesque crocodile marin mangeur d'hommes qui dévorera la grande majorité du casting!

Pur divertissement décomplexé, BLOOD SURF se regarde avec un certain plaisir masochiste. Bon nombre de ses défauts le rende amusant, comme ses effets spéciaux foireux, ses rares plans gores et son crocodile de caoutchouc. D'autres défauts ajoutent à son côté stupide assumé, comme certains des personnages du film qui se jettent connement dans la gueule du reptile. On nous sert même un zest de sexe avec une jolie asiatique mineure qui se fait culbuter par un surfeur péroxydé, et avec une blonde à la poitrine désespérément plate qui, dans un élan de courage exemplaire, ouvrira sa chemise couvrant deux mini tétons devant le croco sanguinaire en hurlant "va te faire foutre !". Fascinant ! Kerozene

Des adeptes du surf se rendent en Australie afin de tourner un film de sport-extrême dans le style MTV. Les surfeurs doivent en effet exécuter leurs prouesses au beau milieu des requins qui pullulent aux environs des plages d'une île de la région. Ils ignorent qu'en plus des requins se trouvent un crocodile d'eau salée dans les environs. Dès que le monstre commence à faire des ravages, les survivants cherchent un moyen de quitter l'île, mais ils tombent sur des trafiquants qui les emmènent sur leur bateau. Le crocodile, qui est d'une très grande taille, met le bateau hors d'état et décime un à un trafiquants et surfeurs. Les survivants qui restent tentent alors de trouver un moyen de le tuer.

Avec ses clichés à la pelle, sa mise en scène sur le pilote automatique et ses acteurs inexpérimentés et inconnus, ce film peut être considéré comme l'un des pires navets de la décennie 2000. Les trucages ne sont pas du tout à la hauteur et les situations sont des plus banales, même les scènes érotiques. Les dialogues sont d'une pauvreté tellement insignifiante qu'on arrive même pas à rire du ridicule du film, contrairement à d'autres films du même genre. La trame sonore rock très "à la mode" est carrément insupportable. J'ai beau cherché quelque chose de positif, rien à faire, "BLOOD SURF" est un échec sur toute la ligne. Peut-être que certains d'entre vous y trouveront matière à rire ou à s'amuser. Mathieu Lemée

BLOOD TIDE - Richard Jefferies, 1982, Royaume-Uni/Grèce 

Un couple en voyage de noces passe par la Grèce pour retracer la soeur du marié, dont ils sont sans nouvelles depuis quatre mois. Le maire (Jose Ferrer) de l'île sur laquelle elle devrait être ne veut rien entendre. Au même moment un chercheur de trésor (James Earl Jones) ouvre une grotte sous-marine qui libère un monstre de l'antiquité grecque, ce qui poussera les villageois à recommencer les sacrifices de vierges. Évidemment que la soeur perdue (Mary Louise Weller) est sur l'île dans un couvent, en train de restaurer une peinture qui illustre la légende d'un monstre local plusieurs fois centenaire...

Curieuse histoire très proche d'un film espagnol récent, Blood Tide, malgré un budget qui semble restreint, garde notre attention grâce à des personnages intéressants et des actrices à la beauté remarquable. Pour le reste, James Earl Jones récite à tout bout de champ du Shakespeare et le monstre ne sera qu'aperçu brièvement à ma grande tristesse. Une petite curiosité. Notons Brian Trenchard Smith au poste de conseiller de la production. Mario Giguère

BLOOD WATERS OF DR. Z aka Zaat - Don Barton/Arnold Stevens, 1972, États Unis    

Y a pas à dire, c’est du Z et de l'ultra, connu aussi sous le titre d'HYDRA et ZAAT, racontant l'histoire d'un scientifique assez dérangé qui veut mettre au point une race de monstre amphibien, et il réussit en se plongeant dans une énorme bassin contenant je ne sais quoi ? ? il en ressort transmuté (on ne sait même pas ou sont passé ses vêtements) une sorte de ``creature of the black lagoon`` mais en vraiment plus cheap. Pour commencer il veut se venger de deux autres compères scientistes qui n’approuvaient pas son projet, chose dite chose réglée, ensuite il s'en prend a une fille sur laquelle il veut faire une autre expérience, la transmuter elle aussi. Bref, assez divertissant, pas trop de longueur, l'image est assez sale, c'est ce que j'aime le plus. Les acteurs ne sont pas excellents, pas pour autant mauvais, à part le shérif qui a l'air d'avoir hâte que le tournage se finisse, les scènes sous l'eau sont tolérables, et que dire de la finale, elle m'a surpris, mais je ne peux vendre la mèche... Rana

Le costume est dans le cheap et est pas mal rigolo et les séquences sous-marines sont bonnes, le reste peut bien aller prendre une semaine de congé. Je vais quand même essayer de trouver une photo ou de prendre une capture vidéo de cette créature là, ça vaut la peine...  Mario Giguère

La CHASSE AU REQUIN TUEUR aka SHARK ATTACK IN THE MEDITERRANEAN aka HAI-ALARM AUF MALLORCA - Jorgo Papavassiliou avec Ralf Moeller, Julia Stinshoff, Gregor Bloéb, Katy Karrenbauer, Oona-Devi Liebich, Patriq Pinheiro, Simone Hanselmann, 2004, Allemagne, 92m TV

A Majorque, un requin géant - à savoir un mégalodon, s'empiffre d'adolescents stupides. Si le gentil, beau et musclé Sven le sait, c'est que sa défunte femme fut dévorée par l'animal, mais il n'arrive en revanche pas à convaincre les autorités. On apprend que le requin en question est le produit d'expériences menées par une scientifique qui laissa s'échapper le poisson carnivore. La conne. LA CHASSE AU REQUIN TUEUR aligne les clichés de rigueur dans ce genre de film, avec les ados prenant un bain de minuit, le héros seul contre des autorités qui refusent de l'écouter, la chasse au requin avec quelques baroudeurs des mers, l'événement mondain menacé par la poiscaille - ici une course de scooter des mers.... Rien de bien excitant donc, d'autant plus que les victimes du squale ne se comptent que sur une seule main et que côté bidoche, on opte pour la carte de la suggestion - production télé oblige, sans doute. Reste deux ou trois scènes marrantes notamment avec un gros millionnaire entouré de gonzesses en bikini, la chasse au requin en hélicoptère et à coups d'explosifs et une poursuite en voitures joliment mouvementée. C'est maigre. Kerozene

Sven Hansen travaille comme pilote d'hélicoptère à Majorque, où il habite depuis trois ans avec sa fille adolescente Maja, depuis le décès de son épouse dévorée par un requin. Lorsque qu'un corps est découvert sur les rochers près de la mer, Sven trouve sur celui-ci une dent de très grande taille pareille à celle qu'il avait trouvé sur le corps de son épouse décédée. Convaincu qu'un énorme requin est dans les parages, Sven cherche à alerter les autorités, mais personne ne le croit, pas même les scientifiques d'une compagnie étudiant les grands requins blancs de la région pour trouver un remède contre le cancer. Une biologiste, Julia, consent pourtant à étudier la dent trouvée par Sven et découvre qu'elle appartient à un requin préhistorique gigantesque, le Mégalodon, le plus ancien prédateur marin. Elle découvre aussi que la compagnie cherche à en cacher l'existence au public afin de pouvoir le capturer et l'étudier scientifiquement, malgré les risques de victimes potentielles. Alors que les hommes de la compagnie et de la police sont lancés à leurs trousses, Sven et Julia tentent de tuer le Mégalodon alors que se déroule près des plages une compétition de motos marines où la fille de Sven participe.

Produit par Hermann Joha, l'homme derrière la création et la diffusion de la série télé culte allemande intitulée "Le Clown", ce téléfilm ressasse tous les clichés des films portant sur le thème des attaques de requins. L'intrigue emprunte allègrement des éléments employés dans divers films américains du même genre comme "JAWS", "DEEP BLUE SEA" et la série des "SHARK ATTACK", sans montrer d'originalité dans leur illustration. Si le rythme ne traîne pas, le spectateur ne risque pas d'être plus emballé qu'il ne faut devant le manque de surprises des rebondissements. Les trucages par ordinateurs manquent de finition, au point où les requins bougent bien trop rapidement et où le Mégalodon est rarement vu dans son intégralité, en plus d'être affreusement laid. Diffusion sur le petit écran oblige, le nombre de victimes et les quantités d'hémoglobine sont très limités, d'autant plus que le sang est lui aussi fait en CGI (Ah! les bons vieux colorants rouges artificielles!), ce qui est une autre déception supplémentaire. Il ne reste plus que quelques poursuites en bagnoles bien coordonnées et une conclusion spectaculaire où le Mégalodon connaît une belle mort, même si elle est informatisée. Unidimensionnelles, les personnages sont interprétées par des acteurs forçant inutilement la note dans leur jeu à plusieurs occasions. Téléfilm tout juste regardable sans plus! Mathieu Lemée

CREATURE FROM THE BLACK LAGOON - Jack Arnold, 1954, États Unis 

J'ai visionné hier, ce film qui a été élevé au rang de film culte. Étant moi-même un fan de la créature ( je parle du monstre lui-même). J'ai tenté de le regardé sans préjugé favorable.

Des scientifiques sont amenés en Amazonie afin de recueillir davantage de preuves de l'existence d'une bête qui aurait vécu il y a de ça plusieurs milliers d'années. Le départ de leur quête est la découverte d'une main fossilisée qui semble venir d'un être mi-homme mi-poisson. Après des succès infructueux sur les lieux même où le fossile fut découvert, ils décident de se rendre dans le lagon, croyant que les restent fossilisés pourraient y avoir été transporté par les courants. Là, ils rencontreront une de ces créatures toujours vivante.

Bien sur, le film a vieilli et la trame de l'histoire est vieillotte à souhait. Une créature horrible, une belle, un méchant et un héros. Mais au-delà de tout çà, Creature from the black lagoon demeure un film à l'esthétisme agréable. Les scènes sous-marines sont vraiment belles. Une d'elles, est particulièrement réussie. On voit Julia Adams nager en surface tandis que la créature la suit en nageant sur le dos quelques pieds plus bas. Si cette réalisation avait bénéficié de la couleur, le résultat aurait été de beaucoup amélioré. Le design même de la créature est superbe. Pour l'époque, il est proche de l'exploit si on le compare à tout ce qui se produisait comme costume dans les années cinquante. Somme toute, Creature from the black lagoon mérite à juste titre de venir se loger aux côtés des autres classiques de la Universal. Watson69 aka Frankenboris

CROCODILE - Tobe Hooper avec Mark McLachlan, Caitlin Martin, Chris Solari, D.W. Reiser, Julie Mintz, Sommer Knight, Rhett Wilkins, Greg Wayne, 1999, États Unis, 90m

Huit étudiants universitaires décident d'aller passer leur weekend sur les bords d'un lac en Caroline du Sud. Ils embarquent à bord d'une péniche pour s'y rendre et à la nuit tombante, ils s'arrêtent au bord d'un marais pour camper. Là, un des étudiants raconte à ses amis l'histoire d'une légende d'un énorme crocodile égyptien qui vivrait dans les parages et qui fût la propriété d'un richard vivant dans la région. Un peu plus tard, un autre étudiant découvre par hasard quelques oeufs dans la forêt et décide d'en prendre un par plaisir. Conséquence: les 8 étudiants ne tardent à être attaqués par un gros crocodile qui les dévorent les uns après les autres. Les survivants tentent de fuir où de chercher de l'aide mais en vain, le crocodile ne les lâche pas et il faudra qu'une étudiante se rende compte que l'un de ses amis détient un oeuf appartenant au dangereux reptile pour comprendre son acharnement. Elle essaie alors de faire face au crocodile, d'abord pour tenter de le tuer, ensuite en lui redonnant l'oeuf afin de sauver sa vie et celle de ses camarades encore en vie.

Toujours sur la brèche, le réalisateur Tobe Hooper a conçu un nouveau film d'horreur racontant une histoire banale mais fertile en scènes gores où un monstre s'amuse à dévorer quelques adolescents naïfs. Il faut dire que Hooper avait déjà traité plus ou moins le sujet dans un film datant des années 70: "EATEN ALIVE" où là aussi un crocodile s'en prenait à quelques personnages. Le récit contient des ficelles grosses comme des câbles tellement on rigole à l'avance devant la prévisibilité des situations. La conception du crocodile est correcte sur le plan mécanique (qui sert surtout aux plans rapprochés) mais cocasses et plutôt ratées au niveau CGI, ce qui n'étonne guère étant donné que le film est produit par une compagnie bien connue pour ses séries B délirantes à petits budgets: NU IMAGE. Les effets sanglants sont nombreux (bon point!) et visiblement, Hooper prend le parti du monstre car il n'hésite pas à l'envoyer attaquer ses jeunes acteurs qui sont évidemment payés pour courir, crier et se faire tuer à l'écran (les filles sont aussi payées parfois pour se déshabiller, bien entendu!) et la conclusion confirme cet argument. On a également droit à plusieurs moments comiques comme cette scène où un simple d'esprit va à la rencontre du crocodile pour le nourrir comme à l'habitude et cette fois c'est lui qui sert de repas au reptile en colère. En gros, malgré le déjà-vu que ce film laisse sentir, cette série B s'avère assez sympathique et amusante à regarder. Mathieu Lemée

CROCODILE 2 - Gary Jones, 2002, États-Unis

Comme si ça ne leur suffisait pas, les malheureux passagers d'un avion de ligne pris dans un violent orage voient leur vol détourné par quatre pirates de l'air patibulaires se faisant passer pour un groupe de rock. Pas très futés, ceux-ci flinguent le pilote, ce qui a pour inévitable conséquence de crasher l'avion dans des marrais à quelques kilomètres d'Acapulco. Un malheur ne venant jamais seul, les survivants sont alors pris en chasse par un gigantesque crocodile qui gobera une bonne partie de casting avec un plaisir communicatif.

Deux ans après le CROCODILE signé Tobe Hooper, Nu Image lance CROCODILE 2 avec aux commandes Gary Jones, responsable de l'une de leur meilleure production: SPIDERS. Si cette séquelle ne s'avère pas aussi réjouissante que le film aux araignées géantes, il n'est pas dénué d'intérêt, et Jones parvient à tenir en haleine grâce à quelques éléments bienvenus: les criminels amoraux n'hésitent pas une seconde à exécuter leurs otages d'une balle dans la tête, les instincts violeurs de l'un d'eux, le crocodile aux proportions plus que généreuses, les coups de mâchoires sanglants du reptile, la présence d'un vieux baroudeur alcoolique et son hélicoptère qui pue le kérosène frelaté. Le film ne cherche évidemment pas à faire dans la finesse et délivre son lot d'attaques surprises et d'hémoglobine. Rien d'étonnant ici, mais pas pour autant déplaisant pour les amateurs de grosses bébêtes carnassières. Kerozene

DEEP BLUE SEA - Renny Harlin, 1999, États Unis, 105m

Un groupe de scientifiques expérimente sur des requins dans un complexe au milieu de l'océan pour trouver une cure à l'alzheimer. Un de ces requins spéciaux s'échappe et ça fou la frousse à la compagnie lorsque la nouvelle se pointe en première page du journal. On donne donc un délai de 48 heures pour prouver l'avancement du projet, sinon on ferme tout, les profits de la bourse étant plus importants. On envoie donc un Samuel L. Jackson grisonnant pour enquêter sur le complexe. Il sera impressionné: la cure fonctionne ! Cependant, on a dû jouer génétiquement sur ces requins pour leur donner une plus grosse cervelle, et les bébêtes, elles vont se servir de cette nouvelle matière grise pour foutre le bordel et grignoter un peu de chair humaine tout en faisant couler le complexe avec ses quelques habitants petit peu par petit peu. Ses survivants n'ont plus qu'à remonter à la surface sans se faire gober. Que la course commence !

Gros blockbuster avec des requins qui n'est pas complètement déplaisant par ses quelques surprises et ses séquences d'action bien efficaces. On patauge dans le cliché et le ridicule de façon régulière, mais ça demeure tout de même amusant avec un bodycount assez élevé et ses morts cruelles. On se contente de nous mener du point A au point B sans rien chercher de bien intéressant, mais plutôt de garder un niveau d'adrénaline élevé sur cette montagne russe à gros budget. Efficace et ridicule en même temps, mais pas déplaisant. Bad Feeble

DEEP RISING - Stephen Sommers, 1998, États-Unis

aka : UN CRI DANS L'OCEAN, ou quand les traducteurs français consomment un peu trop de substances illicites.

Treat Williams est un type à la philosophie simple: "If the money's there, we don't care". C'est parce que une bande de gros criminels patibulaires lui filé du pognon qu'il accepte des les conduire à bord de son bateau au milieu de l'océan sans poser de questions. A bord, les types embarquent quelques torpilles et un arsenal qui ferait pâlir Rambo lui-même. Destination ? Le plus grand et luxueux paquebot de croisière du monde qui est actuellement en train d'effectuer son baptême de mer avec plusieurs centaines de millionnaires à son bord. A bord de celui-ci se trouve Famke Janssen, super bonne, qui est là pour voler quelques bijoux. Soudain, quelque chose heurte le bateau...  Arrive alors le commando de sales gueules qui découvre un bateau vide, avec quelques taches de sang ici et là... Inutile de faire durer le suspense plus longtemps, je vous le dis ici directement: une ignoble créature des grands fonds marins a investit le véhicule et a "bu" tous les passagers ! Cette bestiole est une sorte de pieuvre géante dont les tentacules visitent tous les couloirs du bateau, et leurs extrémités se terminant par une bouche, toutes les personnes qui croisent leur chemin se font immédiatement bouffer tel un Mr. Freeze.

Série B sans prétention si ce n'est celle de divertir, DEEP RISING remplit son contrat sans difficulté. On est diverti. Un peu d'action, un peu d'humour, un peu de gore, une créature réalisée à l'aide d'ignobles images de synthèse, des gentils et des méchants... Et une fin qui fera plaisir aux amateurs. Kerozene

DEEPSTAR SIX aka M.A.L.: Monstre Aquatique en Liberté - Sean S. Cunningham avec Taurean Blacque, Nancy Everhard, Greg Evigan, Miguel Ferrer, Matt McCoy, Nia Peeples, Cindy Pickett, Marius Weyers, 1988, États Unis, 103m

Dans les profondeurs de l'océan, une petit groupe de personnes habitant une base sous-marine, travaille à l'installation d'une base de missiles top-secret pour la Navy. En faisant exploser les fonds marins pour faciliter leur travail, ils libèrent sans le savoir une gigantesque créature aquatique emprisonnée dans une caverne. Elle ne tarde pas à s'en prendre au petit groupe en essayant de démolir la base sous-marine car la créature est attiré par la lumière qu'elle diffuse. L'un des membres du groupe doit tenter une sortie pour faire une réparation d'urgence, mais le monstre attaque et parvient à pénétrer par le sas dans la base sous-marine. La plupart des membres se font tués soit par divers accidents par la créature elle-même qui se trouve être un arthropode au corps de langouste, aux pinces de crabes et aux crocs indescriptibles. Les survivants tentent alors de s'enfuir par les nacelles de sauvetage menant à la surface, mais le monstre entend bien finir son repas.

Tourné entre "LEVIATHAN" et "ABYSS", films se déroulant dans les fonds maritimes, "DEEPSTAR SIX" mêle ce sous-genre avec le concept d'"ALIEN" où un monstre étrange menace un petit groupe de gens. C'est dire que les situations sont communes dans ce huit-clos horrifique où les conflits entre les personnages sont justifiés par leur isolement et par la menace aquatique auxquels ils font face. Le dialogue devient à cet égard très drôle, par exemple quand un des personnages révèle que son souhait dès son retour à la surface est de dévorer un hamburger juteux, tandis que le monstre partage son avis avec son intention de bouffer tout le casting comme dans un fast-food de chairs humaines. Parlant du monstre, sa conception retient l'attention par sa morphologie particulière et son caractère composite bien rendu à l'écran. Sean S. Cunningham a visiblement profité d'un budget confortable et il le met à profit dans de nombreuses scènes d'une cruauté sadique. En effet, il n'a pas peur d'en faire trop en multipliant la présentation de morts affreuses: jambes broyées, noyades, écrasements, agressions du monstre, jusqu'à l'éclatement d'un type qui n'avait pas respecté les paliers de décompression. Ces scènes gores forts nombreuses représentent la seule originalité du film et plairont aux amateurs de violence graphique. La photographie est correcte mais n'est pas vraiment intéressante. La finale est coutumière au genre avec une touche de mélo en plus. Quant à l'interprétation, elle se bat les flancs avec énergie à défaut de subtilité. Se regarde avec un plaisir au premier degré. Mathieu Lemée

DEMON OF PARADISE aka Le Démon des Profondeurs - Cirio H. Santiago avec Kathryn Witt, William Steis, Laura Banks, Frederick Bailey, Leslie Huntly, Henry Strzalkowski, Nick Nicholson, Liza Baumann, Paul Holmes, 1987, Philippines/États-Unis, 87m

À Kihono quelque part dans les îles Hawaii, des trafiquants de dynamite se sont trouvé une nouvelle clientèle parmi les pêcheurs du coin où la cueillette de poissons laisse à désirer. Se servant maintenant de ces explosifs afin d'obtenir à peu de frais une meilleure récolte, ces pêcheurs ont malencontreusement réveillé une créature ancestrale de forme reptilienne nommée Akua, qui était assoupie depuis des siècles. Celle-ci s'attaque mortellement, aussi bien sur terre que dans les eaux de la baie environnante, à tous les pêcheurs ou humains qui ont le malheur de croiser sa route. Ces nombreux cadavres attirent l'attention d'une herpétologiste, Annie Essex, qui tente de convaincre le sceptique shérif de l'endroit, Keefer, qu'Akua a tué tous ces gens. D'autre part, la directrice d'un hôtel touristique, Angela Cahill, veut se servir de la légende entourant cette créature pour en faire une attraction touristique populaire, avec la complicité d'un journaliste retors. La découverte d'une griffe par Annie finit par convaincre le shérif de l'existence d'Akua et ensemble, ils se lancent sur les traces de la créature pour la capturer vivante. Entretemps, une unité de la Garde Nationale débarque à Kihono elle aussi pour chasser le monstre, mais avec des intentions moins pacifiques.

La menace d'un monstre marin est un des thèmes récurrents de beaucoup de productions à rabais montées par Roger Corman et ses poulains depuis de nombreuses années. Ce DEMON OF PARADISE n'apporte toutefois rien de novateur sur le plan du récit ou des personnages. Les auteurs vont jusqu'à se plagier eux-mêmes en reprenant sans les modifier des composantes typiques des productions cormaniennes, qui étaient déjà des resucées d'ingrédients de films-cultes établis comme CREATURE OF THE BLACK LAGOON, ou qui louchaient du côté de bien d'autres peloches du genre sous-marinier. On suit donc sans grand intérêt, étant donné l'absence complète de tension horrifique, cette aventure indolente où un monstre caoutchouteux, au look si peu crédible, vient ici et là trucider quelques personnes avant de se faire démolir le portrait par une Garde Nationale qui déboule un peu comme les carabiniers d'Offenbach. Manquant totalement de rythme, la réalisation du prolifique Cirio H. Santiago a semblé littéralement coincée par le manque de budget et d'imagination, comme c'est le cas dans la plupart de ses films. Quelques portions d'humour et les pincées attendues de nudité figurant au cahier des charges, ne relèvent pas davantage une sauce déjà trop préfabriquée pour être servie à point. Cette série Z fauchée respire à coup sûr son époque, où les productions du genre conçues durant les années 80 et faites pour le marché de la VHS, s'empilaient gracieusement dans les sections les plus orphelines des vidéoclubs. À l'image de la mollesse de l'ensemble, le jeu des acteurs manquent carrément de conviction. Mathieu Lemée

Les DENTS DE LA MORT aka Mako : The Jaws of Death - William Grefe, 1976, États Unis, 1h31 

Sonny (Richard Jaeckel), le héros de l'histoire, nous est présenté d'une façon un peu particulière; il nage avec les requins, sous l'eau, au large de la côte Floridienne. Avec ses yeux infaillibles, il aperçoit un requin qu'un pêcheur a appâté avec sa ligne et il nage vite le libérer, ensuite de quoi il grimpe sur le bateau, et sans un mot se bat avec le capitaine, son adjoint (une sorte de sous-Tòmas Milian barbu) et un touriste grassouillet qui comptait bien impressionner sa famille avec des photos de sa prise. Bien sûr, comptant avec l'effet de surprise et de sauvagerie, il a le dessus et balance ces messieurs à l'eau pour qu'ils aillent se faire bouffer par les requins qui passaient par-là pour défendre leur copain.

On nous fera par la suite découvrir que Sonny n'est, au fond de son coeur, pas vraiment un méchant garçon, et que ses agissements sont principalement motivés par un amour profond des requins, qu'il souhaite défendre à tout prix de ces barbares humains. Un scientifique lui emprunte Mathilda, requine coquine qui est tombé enceinte suite à une fornication requinière, pour étudier avec ses potes savants la naissance de requineaux. Et en revenant du "Rustic Pub" (Aquarius Club dans la VF !?!?) il sauve une jeune demoiselle (Jennifer Bishop) du viol, assaillie qu'elle était par deux guignols. Vous voyez bien que c'est un bon gars !

LES DENTS DE LA MORT a longtemps traîné dans mes trucs sans que jamais je ne trouve le courage nécessaire à son visionnement. Il s'avère que mes premières impressions n'étaient guère justifiées, car après un départ un peu pénible, ce métrage s'avère être une véritable perle !

On nous présente un personnage légèrement déboussolé qui lutte avec une paranoïa sociale engendrée par des séquelles de la deuxième guerre mondiale, dont il est vétéran. Bien sûr, tout cela n'est pas présenté de façon très habile, mais comme on dit, c'est l'intention qui compte ! Le bonhomme, donc, ne fait confiance à personne et vit en reclus, étant davantage lié aux requins qui "l'ont sauvé" dans un flashback fort étrange. Bien entendu, c'était aux Philippines, alors il ne s'agit pas des mêmes requins, mais ça ne fait pas de différence pour lui ! Il leur donne même des noms et les reconnaît entre eux !

Si l'on refuse de prendre le film au deuxième degré, c'est un récit incroyablement cruel auquel on a affaire. Le type naïf et un peu sauvage qui se fait abuser par la cruauté des hommes... Il ne veut que faire le bien autour de lui et aider ses "amis", et ça finira très mal !

Le film est loin d'être un démarquage de JAWS, comme le titre le laisserait supposer. Il n'a de point commun avec la populaire série que l'utilisation de requins.

William Greffe torche une réalisation correcte, mais sans plus, et c'est le scénario touffu qui évite que le film ne coule à pic comme un bateau naufragé. Certaines scènes s'éternisent, mais ça n'est pas cet aspect "boueux" qui m'a vraiment ennuyé. Ce sont plutôt les méthodes de tournage discutables de Greffe qui me posent un problème : pour donner du corps à ses scènes-choc, il n'hésite pas à massacrer des tas de requins, contredisant du même fait l'idéologie même de son film, lui donnant un point de vue fasciste, et plongeant le spectateur dans un état de profond malaise.

Greffe a réalisé plusieurs films d'horreur psychédélique dans les années '60, notamment THE DEATH CURSE OF TARTU (1966). Il n'a pas beaucoup travaillé après '77 et c'est compréhensible, car il ne semble pas très doué comme technicien. On peut identifier son fétiche des requins aisément : il a réalisé les scènes où on voit apparaître les sales bestioles dans LIVE AND LET DIE en 1973 !

Richard Jaeckel, héros de films d'action "cheaps", offre une performance fort correcte dans la peau de Sonny, à la fois troublé et troublant, mais le doublage français ne me permet pas de l'apprécier à sa juste valeur. En '76, il se frottait aux ours dans GRIZZLY, et après son film de requins, il allait apparaître dans DAY OF THE ANIMALS, aussi en '77 ! Son fait d'armes le plus saisissant restera sans doute MR. NO LEGS, en 81...

Jennifer Bishop, actrice plutôt sexy que l'on ne découvre pas entièrement, à ma plus grande déception, au cours du film, est une régulière d'Al Adamson (THE FEMALE BUNCH, HORROR OF THE BLOOD MONSTER) et MAKO sera son dernier film. L'acteur qui joue son mari, le gros Buffy Dee, cigare constamment en bouche et ridicules vêtements floridiens couvrant à peine son énorme bide, est aussi apparu dans le NIGHTMARE BEACH de Lenzi, en 88...

Une autre surprise attend le spectateur en la présence d'Harold Sakata, le Odd Job de GOLDFINGER, qui a terminé sa carrière dans la série B en profitant de sa renommée acquise aux côtés de James Bond... Dommage qu'il n'utilise pas son chapeau pour se défendre des requins, ça lui coûtera la vie, mais pour être honnête il l'aura bien cherché !

MAKO : THE JAWS OF DEATH est donc une bien plaisante surprise, à ne prendre au sérieux qu'à moitié, et qui égaiera le plus froid des coeurs même au point le plus glacial de l'hiver. Orloff

DESTINATION INNERSPACE aka L'Invasione marte attacca terra - Francis D. Lyon, 1966, États Unis 

Une base scientifique sous-marine est en alerte depuis que l'on a détecté un objet non identifié qui rôde dans les parages. Le Docteur Lasatier (Gary Merrill) a fait appel à l'armée qui a envoyé le commandant Wayne (Scott Brady) pour aider à éclaircir le mystère et s'assurer qu'il n'y a pas de menace pour la nation. Il s'agit ni plus ni moins qu'une soucoupe volante sous-marine qui sera explorée par nos comparses. En moins de deux minutes, Wayne déclare que, selon lui, c'est un véhicule extraterrestre autonome, venu tester les défenses de la terre. On récupère un objet qui dégèle tranquillement. Cette capsule va grandir rapidement grâce à la chaleur et en sortira un monstre amphibien très menaçant. Et il y a une douzaine de ces capsules à bord de la soucoupe ! Bigre !

Film fétiche de ma jeunesse, Destination Innerspace ne tiens évidemment plus la route aujourd'hui, mais je comprends très bien ce qui m'a fait peur lorsque j'étais bambin. Le monstre, très détaillé et coloré, a un look vraiment menaçant. Malheureusement rien ne bouge vraiment, comparativement à la créature du lagon noir, aux branchies réalistes. Le monstre bouge aussi très vite, surprend constamment le spectateur et semble insensible aux harpons qu'on lui projette dans le corps. Le scénario nous balance en parallèle des flirts amoureux et un secret pénible, un traumatisme qui a frappé deux des hommes en présence. La réalisation est correcte, les prise sous-marines étant belles. Les maquettes sont par contre trop petites et mal filmées. Je me suis surpris à me rappeler distinctement des scènes clés, comme quoi, ça m'avait vraiment frappé. Un monstre intéressant dans un film mineur. Mario Giguère

DEVIL MONSTER- S.Edwin Graham avec Jack Del Rio, 1946, États Unis, 60m 

Dans les mers du Sud, un jeune marin nommé Jose disparaît mystérieusement en mer. Quelques années plus tard, plusieurs rumeurs laissent croire que Jose est toujours en vie. Sa mère décide donc d'engager quelques marins pour le trouver et le ramener. Après plusieurs recherches infructueuses, nos gentils marins trouvent enfin Jose sur une île peuplée par une tribu indigène. Le problème est que Jose ne veut pas partir de son île paradisiaque. Les marins décident donc de kidnapper Jose ce qui ne va pas rendre ce dernier heureux. Pour ce venger, il décide de mener le bateau vers le coin le plus dangereux de l'océan où se trouve la dangereuse raie géante...

Je n'aime pas beaucoup les films qui comportent de Stock Footage, au moment où j'en vois un dans un film, la magie est officiellement morte. DEVIL MONSTER ne fait pas qu'utiliser des Stock Footage de documentaires, IL EN ABUSE AU POINT D'EN DEVENIR D'UN RIDICULE AFFLIGEANT! C'est toujours comique de voir la volonté de faire du sens entre les stock footage et l'histoire principale. Mais ici, on se permet de bourrer le film avec des bouts de divers films, ne servant à absolument rien! Exemple, on voit un moment donné, le narrateur nous parler de ce qu'il a vu en voyageant sur les îles et il nous raconte cette histoire où il a vu une vilaine pieuvre qui tentait de bouffer un pauvre poisson. Non seulement, on peut voir les tentacules de la pieuvre se coller à la probable vitre de l'aquarium où la scène a été tournée, mais on fait durer la scène pratiquement 10 INTERMINABLES MINUTES! ( Faut le voir ce combat impitoyable) Pour la raie géante, on ne la verra pratiquement pas, mais on va quand même voir notre héros la combattre à mains nues grâce à des effets spéciaux à la Méliès (on est en 46 quand même, y'a de quoi être déçu). Au final, film plutôt ridicule mais qui devrait en amuser plusieurs. Abba

DINOCROC aka DINOCROCODILE - Kevin O'Neill, 2004, États Unis  

Une entreprise de génétique dirigée par Joanna Pacula et qui bidouille des trucs pas nets voit un de ses spécimens de Dinocroc s'échapper pour investir un lac dans lequel les familles viennent faire trempette. Le bestiau, un corps de tyrannosaure amphibien surmonté d'une énorme tête de crocodile aux dents acérées, se met alors à dévorer tout ce qui lui passe à proximité. Le shérif local, Charles Napier, se mettra en chasse avec l'aide de sa fille, du petit ami de celle-ci et d'un chasseur de reptile australien au look de Crocodile Dundee destroy.

Roger Corman semble avoir cassé sa tirelire pour produire ce petit film beaucoup plus soigné que la série des CARNOSAUR. Cependant, plus de monstre en latex et caoutchouc, ici c'est du 100% CGI. Et pas toujours réussi malheureusement. Le monstre est plutôt original et fait plaisir à voir, quant au reste on y retrouve les clichés de rigueur et les ingrédients nécessaires à combler un scénario plein de vide: des acteurs has been qu'on aime bien, quelques plans gentiment saignants, une jolie morale sur la protection animale, une autre sur les méfaits de la génétique en laquelle personne ne croit. Le film se risque même dans le mélodrame, larmes et violons à l'appui, chose inattendue dans ce contexte tant on sent que le réalisateur O'Neill insiste bien sur ce point. Le film contient quelques énormités, comme le final qui voit la mort du monstre **SPOILER**, celui-ci - qui doit peser au bas mot dans les 4 ou 5 tonnes, se fait percuter de plein fouet par un train qui lui continuera sa route comme si rien ne s'était passé **END SPOILER**.

Au final, le film s'avère divertissant mais pas original pour un sou, autrement dit parfaitement dispensable. Kevin O'Neill, dont c'est ici le premier film, est à l'origine un spécialiste des effets spéciaux qui s'est fait la main sur les séries Hercules et Xena ainsi que sur des productions Nu Image ou des plus grosses productions comme BLADE. Kerozene

DINOCROC VS SUPERGATOR - Rob Robertson alias Jim Wynorsky avec David Carradine, Amy Rasimas, Katy Magnuson, 2010, .États Unis, 90m, TV

Le méchant Jason Drake (David Carradine) est un riche industriel qui veut le devenir encore plus en finançant des recherches pour faire de l'agriculture hyper rapide avec des résultats hyper gros. Mais ca ne lui suffit pas, il semble avoir des objectifs avec l'industrie militaire en élevant aussi des bêtes super grosses et agressives, en l'occurrence un Dinocroc et un Supergator. Les bébêtes deviennent incontrôlables, sortent de leur enclos et se promènent sur une île paradisiaque remplie de bimbos blondes qui s'empressent de crier avant de mourir. À la poursuite des mastodontes, un sheriff et sa jolie fille, une espèce d'agent secret et un chasseur, surnommé Le Cajun, engagé par Drake pour éliminer les colosses.

On est heureux de retrouver sur l'écran, dans ce qui est devenu le dernier film de sa carrière, David Carradine dans un rôle fort court ou il se démarque tout de même du reste du casting. Avec, au titre de producteur exécutif, le légendaire Roger Corman, comme une police d'assurance qu'on ne s'ennuiera pas. Le film a un bon rythme, la musique est entraînante et on a soigné le quota de blonde poumonnées, les seules actrices aux cheveux foncés étant des méchantes ! Il reste des dialogues et des situations fort convenues, c'est tout de même produit pour le Syfy channel. Évidemment on sait trés rapidement, en lisant le titre par exemple, qu'on aura pas droit à de l'originalité, mais sans les blondes et les bestioles, ce serait un courant d'air. Le combat tant attendu se fait attendre et il est fort décevant, les prédateurs ne sachant visiblement pas comment attaquer quelque chose de leur grandeur, sans compter qu'un bipède aux petits bras contre un lézard, c'est pas évident comme match de catch. Vite vu vite oublié, mais une agréable bisserie, comme un sac de chips au ketchup vite digéré sans apport de vitamines. Mario Giguère

DINOSHARK - Kevin O'Neill avec Eric Balfour, Iva Hasperger, Aarón Díaz, Roger Corman, 2010, États Unis, 92m, TV

Il y a un air de déjà vu quand on voit les glaces au large de l'Alaska fondre et que quelque chose s'en échappe. Après avoir bouffé un homme, notre requin préhistorique descend direction Mexique, il rechercherait la chaleur, au large de Puerto Vallarta. Trace McGraw (Eric Balfour) est de retour dans le patelin de sa jeunesse, en charge d'un bateau de plaisance. Lorsqu'une de ses amies se fait dévorer par la bête, il est d'abord le seul à la voir et les autorités lui collent sur le dos quartes victimes. Pas pour longtemps car l'immense requin attaque tout ce qui bouge, y compris bateau et hélicoptère et le Dr. Frank Reeves (Roger Corman) confirme son identité et son seul point faible.

Réutilisant la mâchoire mécanique de Dinocroc et filmant sur le club de vacances d'un de ses amis, jouant également le rôle du spécialiste en monstre marins préhistoriques, on reconnait bien là la touche de Roger Corman, producteur. Kevin O'Neill, deuxième film à la réalisation, est un spécialiste des effets spéciaux ayant fait ses armes sur les productions télévisées de Sam Raimi, les Hercule et Xena. C'est dire que les effets spéciaux sont efficaces, mais la réalisation ne l'est pas toujours, pas plus que le casting ne semble inspiré. La collection de clichés en procession n'aide pas un scénario qui s'avère sans surprises, empruntant sa trame à Jaws, lui volant presque son thème musical. Comme du McDo sur pellicule. Le film plaira surtout à ceux qui n'ont jamais vu de films de requins. On s'ennuie de l'époque ou Corman répondait à Jaws avec Piranha, sur scénario de John Sayles et réalisation de Joe Dante, une équipe pas mal plus intéressante. Mario Giguère

EATEN ALIVE aka Le Crocodile de la Mort aka Death Trap aka Horror Hotel aka Horror Hotel Massacre aka Legend of the Bayou aka Murder on the Bayou aka Starlight Slaughter- TOBE HOOPER , 1976, États Unis 

Ca faisait un bout que j'avais envie de voir ce film. Alors, j'ai craqué et je me suis acheté le DVD. Résultat: une douce folie règne en maître durant la totalité du métrage. Les personnages sont bien frappés, Le croco est quand même un rien ringard, Robert Englund est tout jeune, il y a une pincée de nudité, un poil de gore et un final plutôt prévisible mais glauque. En regardant le trailer sur le DVD, on remarque tout le travail qui a été fait au niveau du traitement des couleurs. J’ai peur que les couleurs ternes de la bande annonce ne soient préférables à celles un peu vives présentent lors du film. Kerozene

EYE OF THE BEAST - Gary Yates avec James Van Der Beek, Alexandra Castillo, 2007, États Unis, 90m, TV

Quelque part au Canada, dans un immense lac, les prises des pêcheurs diminuent dramatiquement. Un spécialiste est envoyé dans ce coin reculé pour tenter d'expliquer ce qui se passe. Les rumeurs d'une bête immense, un calmar géant d'eau douce, commencent à ressortir, spécialement de la part de la capitaine de police qui a vu la créature lorsqu'elle était toute jeune. Cependant les blancs y voient les résultats de la surpêche des autochtones et vive versa. Comme les morts s'accumulent et que le spécialiste se prend tranquillement d'affection pour la jolie policière, on partira à la chasse au calmar géant !

Variation un brin intéressante sur un thème connu. On garde la bête cachée jusqu'à la fin, on évite le digital si peu réaliste, on évite de stigmatiser les conflits autochtones versus blancs et on ne beurre pas trop épais cette romance évidente. Bref, surprenamment, surtout pour un téléfilm, on raconte cette histoire au fond classique avec efficacité, sans vraiment de gore, mais rondement menée. Pas de quoi gagner un oscar, mais le film renvoie aux douches plusieurs téléfilms du genre qui débordent de clichés et de monstres en pixels peu crédibles. Mario Giguère

FRANKENFISH - Mark A.Z. Dippé avec Tory Kittles, K.D. Aubert, China Chow, 2004, États Unis 

Des corps affreusement mutilés sont retrouvés dans les marais de la Louisiane. Sam Rivers, coroner, aidé une spécialiste de la faune locale sont envoyés pour expliquer quel animal a bien pu déchiqueter les morts de manière si singulière. Un bateau échoué à des kilomètres de toute résidence renferme peut-être une partie de l'énigme, car un appareil gps est enclenché durant la visite et un homme fortuné est immédiatement averti que l'embarcation a été retrouvée, sans nouvelle de la cargaison. Nos personnages seront rapidement attaqués par un énorme poisson, le Frankenfish, extrêmement vorace et pouvant rester hors de l'eau un certain temps !

Ce Frankenfish est un authentique poison d'origine japonaise qui a été introduit accidentellement dans un lac américain avec des résultats désastreux. Heureusement qu'il n'a pas la taille ici présente, une variété génétiquement modifiée pour des raisons idiotes. On a cependant un film intéressant, aux morts nombreuses et sauvages, parfois imprévisibles. Idem pour le scénario qui se permet des surprises, que ce soit sur l'orientation sexuelle ou le filtre d'amour comme arme de séduction. Les personnages sont intéressants, plein de ressources et au final on ne s"ennuie pas du tout, bien au contraire, dans ce petit film de monstre bien ficelé. Mario Giguère

GHOST SHARK - Griff Furst avec Mackenzie Rosman, Dave Randolph-Mayhem Davis, Sloane Coe, Lucky Johnson, Jaren Mitchell, Richard Moll, 2013, États Unis, 84m

Des rednecks, excités par une chasse au requin dont le grand prix est de $30,000, parviennent à blesser mortellement un grand requin blanc, qui ne mourra pas avant qu'il ne se soit rendu dans un endroit peu connu, d'ou il pourra revenir hanter les habitant de Smallport en tant que fantôme. Étant persuadé que le requin fantôme a tué leur père, Ava et Cicely aidées d'un ami et du fils du maire, vont faire leur enquête qui les amènent chez le vieux gardien du phare, pendant que le sheriff suit les ordres du maire qui veut taire l'affaire.

Griff Furst avait réalisé les sympathiques Arachnoquake et Swamp Shark et tourne aussi en 2013 Ragin Cajun Redneck Gators. Ce film réalisé pour la chaîne Syfy est tourné en mode assez sérieux la plupart du temps, quelques morts spectaculaires déclencheront des rires ou un sourire certainement. Il fait plaisir de revoir Richard Moll, qui doit bien être deux pieds plus grand que l'actrice qui joue Ava, avec laquelle il s'engueule souvent. Le scénario multiplie les scènes inédites parce que le requin peut apparaître partout ou il y a de l'eau, partout. De la piscine, à la cuvette de toilette, de la pluie au verre d'eau, le grand blanc apparaît dans son halo bleuté. Alors bon, ce n'est pas du Shakespeare, mais c'est bien emballé, souvent surprenant et ma foi, bien plus intéressant que son titre qui annonçait une époustouflante connerie. Mario Giguère

The HOST - Bong Joon-ho, 2006, Corée du Sud, 1h59

"A Séoul, Park Hee-bong tient un petit snack au bord de la rivière Han où il vit avec les siens. Il y a son fils aîné, l'immature Gang-du, sa fille Nam-joo, une championne malchanceuse de tir à l'arc, et Nam-il, son fils cadet éternellement au chômage. Tous idolâtrent la petite Hyun-seo, la fille unique de Gang-du. Un jour, un monstre géant et inconnu jusqu'à présent, surgit des profondeurs de la rivière. Quand la créature atteint les berges, elle se met à piétiner et attaquer la foule sauvagement, détruisant tout sur son passage. Le snack démoli, Gang-du tente de s'enfuir avec sa fille, mais il la perd dans la foule paniquée. Quand il l'aperçoit enfin, Hyun-seo est en train de se faire enlever par le monstre qui disparaît, en emportant la fillette au fond de la rivière. La famille Park décide alors de partir en croisade contre le monstre, pour retrouver Hyun-seo..." (allocine.fr)

Attention, chef d'œuvre ! A la fois film de monstre, thriller critique et comédie hilarante, THE HOST procure au cinéphile deux heures jouissives et inoubliables. Ce troisième film de Bong Joon-ho, déjà remarqué avec le polar MEMORIES OF MURDER (sorte de giallo rural coréen), place la barre très haut. Le monstre aquatique, que l'on doit à l'équipe responsable des créatures de LORD OF THE RINGS, traverse le film, gluant et dévastateur. A la fois extrêmement bien conçu (mouvements très crédibles) et caoutchouteux comme aux grandes heures de San-Ku-Kaï, il survolte un scénario déjà riche et complexe, mêlant critique sociale et dénonciation rigolarde mais cinglante de l'impérialisme américain (voir la séquence pré-générique, digne d'un bis 70's). On suit avec délice la course-poursuite entre cette famille de "losers", magnifiquement interprétée, et le monstre, mobile et imprévisible, sans cesse susceptible de ressurgir des égouts où il se planque et emmène ses victimes. Bong Joon-ho tire le maximum de toutes les situations, qu'il s'agisse de scènes d'angoisse ou de répliques moqueuses, à l'humour très mordant. Bref, THE HOST est le film de l'année, à voir toutes affaires cessantes. Une merveille ! Stelvio

HUMANOIDS FROM THE DEEP aka Les Monstres de la Mer aka Monster - Barbara Peeters/James Sbardellati/Jimmy T. Murakami avec Doug McClure, Ann Turkel, Vic Morrow, Cindy Weintraub, Anthony Pena, Denise Galik, Lynn Theel, Meegan King, Breck Costin, David Strassman, 1980, États-Unis, 80m

Une série B tout à fait savoureuse où des créatures de la mer à la taille humaine sont formées accidentellement vu l'écoulement d'un produit créé et étudié en laboratoire. Aussi simple que ça, on suit les mésaventures d'un petit village de pêcheurs qui, tranquillement, perd des villageois de diverses façons fort savoureuses et fortement sanglantes! Ce film m'a surpris par son gros gore gras qui satisfait par sa grossièreté et ses monstres caoutchouteux. Au générique, on remarque le nom de Rob Bottin aux effets spéciaux avec le sourire en coin. Le film patauge dans le cliché, mais on s'y laisse prendre avec joie tout au long en suivant chacun des délires que le scénario non-existant apporte pour nos malencontreux villageois. Une belle surprise et un film parfait pour le Club des Monstres. Bad Feeble

La petite ville côtière de Noyo qui dépend de l'industrie de la pêche, vit des jours difficiles qui accentue les tensions raciales entre les Amérindiens habitant la région et les Blancs. Plusieurs travailleurs sans emploi aimeraient bien que la ville autorise un projet scientifique visant à accélérer le processus d'évolution du saumon. Mais la population amérindienne est réticente et elle menace de poursuivre la municipalité si les biologistes viennent interrompre le cours normal de la nature. Lorsque quelques chiens sont retrouvés morts peu après, le blâme est aussitôt jeté sur les Amérindiens. La vérité est que les saumons, déjà génétiquement modifiés par les biologistes grâce à des hormones de croissance, ont été dévorés par des coelacanthes dans les eaux du coin. Ces poissons préhistoriques se sont mis alors à muter en une race d'humanoïdes amphibiens monstrueux et meurtriers. Poussés par leur instinct primaire autant que leur intelligence très développée, ces hommes-poissons sèment la terreur en n'hésitant pas à tuer les hommes et à violer les femmes afin de reproduire leur race. Lorsque ces monstres attaquent en nombre les habitants au cours d'une fête foraine, quelques courageux unissent leurs efforts pour les éliminer.

Le producteur Roger Corman n'a jamais laissé échapper un filon tant qu'il n'en a pas soutiré tout le jus jusqu'à la dernière goutte. Depuis le succès de JAWS, le prince de la série B a en effet multiplié les productions portant autant sur les attaques de requins que sur d'autres agressions aquatiques, qu'il pimente d'effets gores et de nudité pour attirer les foules. Dans ce nouvel ersatz qui pompe à la fois ALIEN, CREATURE OF THE BLACK LAGOON, PROPHECY, et quelques-unes de ses propres productions incluant PIRANHA, il faut pourtant admettre que tous les ingrédients du cinéma d'exploitation fonctionnent assez bien en dépit d'un manque d'humour. Corman et ses acolytes n'ont eu toutefois aucune scrupule à ajouter à la recette une pincée de mauvais goût pour faire bonne mesure, et c'est là où HUMANOIDS FROM THE DEEP se démarque des autres imitations. Ce succès s'explique évidemment plus par la complaisance des séquences d'agressions de ces mutants aquatiques en liberté atteints de la fièvre du Sam-Disoar, que le message écologique du récit pourtant d'actualité qui anticipa les récents scandales alimentaires impliquant la manipulation transgénique sur les animaux. Le fait est qu'on peut difficilement prendre au sérieux un tel message à cause justement du caractère purement gratuit de ces effets choc, où les auteurs appuient avec insistance sur le comportement libidineux des créatures. Celles-ci ont d'ailleurs été conçus avec un certain flair visuel pour les rendre bien monstrueusement dégoûtantes, tout comme les effets de maquillage efficaces imaginés par un Rob Bottin alors tout jeunot. La mise en scène ne fait pas montre d'un style visuel original ni d'un rythme caféïné, surtout quand on sait maintenant que la réalisatrice Barbara Peeters ne tenait pas à inclure des scènes gores et de viols dans son film. Ce sont les plans additionnels plus juteux filmés surtout par l'assistant James Sbardellati sur ordre de Corman, et le travail du monteur Mark Goldblatt qui ont permis au film d'être élevé justement au rang de culte. Rien que pour ça, cette petite production représente un plaisir coupable que l'amateur de bisseries n'a pas le droit d'esquiver. Le plus curieux, c'est que Corman en fit un remake 15 ans après où justement le sexe, la violence et le gore y sont fortement édulcorés; comme quoi les temps et les mentalités ont bien changés depuis. Mathieu Lemée

 Voici le parfait exemple du film d'exploitation réussit: on reprend un concept de film en vogue - "Jaws" - on troque la méchante bestiole pour quelque chose de plus rock'n roll - une colonie de "Créature du lac noir" aux bras hypertrophiés - on les confronte à quelques stars sur le déclin - Doug McClure et Vic Morrow - on y ajoute une quantité généreuse de violence et d'hémoglobine, et surtout une bonne grosse dose de sexe. Et puis comme ici personne n'a eu froid aux yeux, ils en ont profité pour bien mixer le tout et envoyer les gloumoutes marines massacrer des ados queutards avant de violer leurs copines sur des lits d'algues gluantes, tout en prenant bien soin de leur arracher le bikini si celui-ci se trouve encore en place! "Humanoids from the Deep", c'est effectivement la version tits & gore du film de Steven Spielberg, et c'est loin de faire dans la dentelle. Ici, on aime rentrer dans le lard, les visages sont arrachés d'un coup de griffes et les bonnets D fuient les monstres en hurlant à tue-tête avant de se faire prendre dans le sable. Un plaisir doublé du fait du sexe de l'auteur de cette merveille, puisqu'il s'agit de l'une des trop rares réalisatrices de cinéma bis et d'exploitation ayant sévit dans les années 1970, à savoir Barbara Peeters qui signait ici son dernier titre pour la compagnie New World Pictures de Roger Corman avant d'orienter sa carrière vers la télévision. Un vrai film bis donc, dirigé par une femme, pour le compte du Pape de la série B, il y a de quoi en avoir le tournis tellement c'est beau... Sauf qu'en fin de production, Barbara Peeters n'a pas souhaité se plier aux idées de dernière minute d'un Corman soucieux de caviarder son film de femmes à poil et refusa de tourner les plans où les soutiens gorges se font arracher, les jugeant totalement gratuits. Du coup, le producteur a purement et simplement viré la réalisatrice avant de confier le job à James Sbardellati, futur réalisateur de "Deathstalker". Plus de trente ans après, on ne peut affirmer qu'une chose : Corman avait raison ! Et comme pour de nombreuses productions New World Pictures, le générique de "Humanoids from the Deep" est gratiné de personnalités en route vers la gloire hollywoodienne: James Horner à la musique ("Troy", et des films de James Cameron), Gale Anne Hurd comme assistante de production ("Armageddon", et des films de James Cameron), Mark Goldblatt au montage ("Armageddon", et des films de James Cameron) et Rob Bottin aux effets spéciaux ("The Thing", "Robocop", et aucun film de James Cameron)... Tout ça en plus d'une superbe affiche qui eut l'honneur de faire la couverture du premier volume des "Craignos Monsters" de Jean-Pierre Putters. Bref, tout le profil d'un classique.  Kerozene

HUMANOIDE : TERREUR ABYSSALE aka HUMANOIDS FROM THE DEEP - Jeff Yonis avec Emma Samms, Robert Carradine, Justin Walker, Danielle Weeks, 1996, États Unis

Il fallait vite, très vite que je me remette de l'époustouflant EPISODE 3 de STAR WARS, sans aucun doute le plus noir et visuellement le plus exceptionnelle de la seconde trilogie, pour me replonger dans le côté Obscure de la planète Bis.. Sous peine d'y laisser mon âme !

C'est alors que fébrilement, je visionnais un DVD acheté 1 € dans un bac à linge d'un vieux magasin poussiéreux en instance de fermeture définitive de la capitale : "Humanoïde : Terreur Abyssale" produit par Roger Corman (quand même). A ne pas confondre avec le sympathique "Humanoïds from the Deep" 1980 de Barbara Peters.

Certes le sujet reste pratiquement identique, mais bon, ça fleure aussi très bon le bis, jugez plutôt : 

Qu'y a t il de commun entre Canco Industries, une usine d'élevage de poisson et l'armée américaine ? Des expériences scientifiques bien sûr ! Et elles aboutissent à de terribles manipulations défiant l'imagination : Dans le but de créer le soldat amphibie parfait, l'ADN de 5 cobayes humains (des condamnés à mort bien sûr) vont être mélangés avec de l'ADN de saumon (et pas fumé..)! De l'expérience naît des hybrides mi-poissons et mi-serial-killers, puissants et assoiffés de sang, qui ne vont pas tarder à prendre la tangente et à élire domicile dans la petite ville côtière de Harbor Shore. Un petit groupe d'écologistes, une scientifique repentie vont se charger de dévoiler au grand jour ce scandale militaire et politique. Pendant ce temps, nos amphibiens massacrent allègrement les mâles, ces derniers ayant l'excellente idée de conserver vivante les femelles à des fins sexuelles !

Eh oui, ça a les dents de "PIRAHNAS", la vitalité de "JAWS", les costumes et la tronche des "HUMANOIDS FROM THE DEEP" de B. Peters et la scène finale de "Octopus 2", d'attaques bestiales en pleine fête foraine.. mais c'est quand même autre chose de très sympathique aussi. Et puis pour replonger dans la galaxie du bis.. je n'ai trouvé rien de mieux !!! Marc Evil

HYDRA: LE MONSTRE DES PROFONDEURS aka HYDRA: MONSTER FROM THE DEEP aka SERPIENTE DE MAR aka THE SEA SERPENT aka: HYDRA - Amando de Ossorio, 1985, Espagne

Suite au largage indésirable d'une bombe atomique au large des côtes portugaises, un serpent de mer surgit des profondeurs de l'océan et fait passer les témoins de ses attaques pour de doux dingues illuminés. Nos héros, un pêcheur tenu pour responsable de la perte du bateau de son boss ainsi que de la mort de quelques marins, et une jeune femme internée en asile d'aliénés, rendent visite à un vieux biologiste marin (Ray Milland) pour les aider dans leur chasse au monstre...

HYDRA propose ni plus ni moins que l'un des plus mémorables craignos monsters qui n'ai jamais arpenté les écrans. Serpent de mer grotesque semblant directement issu d'une production Corman des années 1950, c'est donc avec 30 ans de retard que le père des zombies templiers nous livre avec son dernier film un ultime clin d'oeil bis tellement énorme et grossier qu'on ne peut s'incliner devant tant de génie kitsch et de ringardise émérite. Le monstre, sorte de gigantesque chaussette marine à écaille affublée de deux balles de ping-pong en guise d'yeux et d'une bouche pleine de dents, attaque brutalement quelques marins, une pauvre fille alcoolique ou des contrebandiers mais détruit également de merveilleuses maquettes de phare, de bateaux, d'hélicoptère et pour finir celle d'un pont dans de tonitruantes explosions qui le feront hurler de douleur avant qu'il ne s'enfuie au large sous le regard attristé d'un Ray Milland bien fatigué. Impossible de ne pas succomber aux charmes naïfs de cette pelloche hilarante et aux dialogues ahurissants (et avec une apparition de Jack Taylor en mafieux à lunettes), qui est au film de monstres ce que l'olive est au martini - à savoir un petit plus dispensable mais tellement savoureux. Kerozene

HYPOTHERMIA - James Felix McKenney, 2010, États Unis 

Sur un lac gelé, des pêcheurs sont victimes d'une créature aquatique, lointaine cousine du Gil Man de "Creature from the Black Lagoon".

Et le résultat est pour le moins... étrange. Ce film indépendant produit par Larry Fessenden (qui nous gratifie d'un caméo) bénéficie d'un développement qui se veut plus malin que la majorité des films du genre en évitant les clichés de rigueur: ici pas de blondes nunuches à gros seins ou de beaux gosses frimeurs aux pectoraux gonflés, mais une paisible famille (dont le père n'est autre que Michael Rooker) dérangée par un père et son fils au comportement grossier. Inévitable aussi de noter le cadre inhabituel qui offre un sentiment d'isolement adéquat. Et pourtant, alors que l'on croit un instant que le film se dirige là où on ne l'attend pas, tout se casse la gueule pour cause d'écriture hasardeuse: les personnages se montrent tous complètement débiles et leur décès découlent systématiquement de leur bêtise, ce qui finit par devenir terriblement agaçant. Mais le pompon va surtout à la créature elle-même. James Felix McKenney refuse les CGI et c'est tout à son honneur, mais opter pour un pauvre acteur vêtu d'une combinaison de latex moulante noire et un casque garni de dents pointues n'était pas la meilleure des idées. Le budget était certainement très serré, mais finir avec un truc bien plus ringard que la Créature filmée plus de 55 ans auparavant, ça ne pardonne pas. Kerozene

JAWS aka Les Dents de la Mer - Steven Spielberg avec Roy Scheider, Richard Dreyfuss, Robert Shaw, Lorraine Gary, Murray Hamilton, Jeffrey Kramer, 1975, États Unis, 125m

Puisqu'on parle d'anniversaire, c'est cette année que se fête le 30ième anniversaire du film "JAWS", qui créa en 1975 le prototype du cinéma estival pop-corn, qui fit fuire les baigneurs des plages et des stations balnéaires très à la mode à cette époque et qui lança pour de bon la carrière du réalisateur Steven Spielberg dans la stratosphère alors qu'il avait à peine 28 ans et 3 films derrière la cravate. Pour ce faire, un nouveau DVD vient de sortir pour commémorer l'évènement avec de nouveaux suppléments: entre autres le documentaire complet et intégral du tournage du film (l'ancien DVD ne possède que le documentaire partiel) réalisé par Laurent Bouzereau.

Le scénario du film est connu, mais voici quand même un rappel: sur une station balnéaire appelée Amity Island, une jeune fille est retrouvée en morceaux sur la plage. Le chef de police, Martin Brody conclut aussitôt que la cause du décès ne peut être due qu'à une attaque de requin et veut immédiatement fermer les plages. Le maire lui enjoint cependant de revoir sa décision car les baigneurs et les touristes sont ceux qui amènent des profits faramineux à Amity. Lorsqu'un petit garçon est à son tour dévoré, Brody obtient la permission de fermer les plages pendant 24 heures tandis que des pêcheurs expérimentés et dilettantes se lancent à la chasse au requin pour récolter la récompense de la mère du garçon décédé. Un ichtyologiste, Matt Hooper, arrive sur l'île à la demande de Brody et lorsqu'un requin est capturé par un groupe de pêcheurs, il affirme avec certitude que ce n'est pas "le" requin qui a tué la jeune fille après autopsie. Le maire s'entête néanmoins à ouvrir les plages pour le 4 juillet, fête nationale... Et le requin se paye un autre repas gratuit. Brody et Hooper partent alors à la chasse au requin avec un pêcheur expert, Quint. Leur odyssée sera périlleuse car le requin est un grand blanc d'une taille gigantesque, d'une férocité peu commune et d'un appétit sans fin.

Tout a été dit et redit sur ce classique du film catastrophe. Adapté d'un roman simpliste et léger de Peter Benchley (qui s'est inspiré d'un fait divers), le jeune Steven Spielberg a su malgré les embûches au cours du tournage et son manque d'expérience, nous offrir un véritable bijou dans le suspense horrifique, de quoi satisfaire à la fois le public et la critique. L'inventivité de la mise en scène et du montage, omniprésentes durant toute la projection, nous donne droit à une tension soutenue et un souci du détail ciselé, tellement que l'on n'a jamais le temps de remarquer que le requin est un faux. Les effets chocs sont réussis: que l'on pense à la tête découpée avec un oeil en moins dans la scène où Hooper examine une épave trouée ou bien à la jambe coupé d'une victime avec une chaussure-sport au pied qui tombe au fond de la mer. Les effets de caméras sont réussis aussi: Spielberg a su renouveler la technique d'Hitchcock employée dans "VERTIGO" (zoom avant combinée avec un travelling arrière pour faire ressentir le vertige) avec l'ajout d'un travelling avant du personnage de Brody assis sur une chaise à roulettes pour montrer sa peur et son impuissance à réagir lors de la scène où le petit garçon est dévoré. Même l'humour est réussi grâce à des répliques inattendues et bien écrites:

-"Cette prime pour la capture du requin, ce sera du cash ou en chèques." 

-" Il nous faudrait un plus gros bateau!" "Non! De l'huile de coude!" 

-Brody parlant au maire du requin: "Ouvrir les plages pour la fête nationale, ça équivaut à lui sonner la cloche pour le déjeuner!"

-"Tu crois que tu peux faire une autopsie d'un requin?" "Qu'est-ce que tu crois, un brigadier de police sait tout faire!"

-"Ca n'a pas de sens qu'un aquaphobe comme vous joue les insulaires!" 

-Brody lançant des appâts pour attirer le requin: "Réduisez! Si moi aussi je pouvais réduire et que lui vienne tripatouiller cette chiasse!" Surgit alors le requin dont la grande gueule fige Brody sur place.

-Hooper sur le quai qui demande une info aux pêcheurs: "Où puis-je trouver un hôtel décent ou un restaurant dans cette île?" Réponse: "Continuez tout droit devant vous!"

Et on pourrait continuer longtemps. Le succès du film a été tel que de nombreuses imitations ont suivis et continuent encore de nos jours. Mais aucune n'a su l'égaler, même pas les suites (que je traiterai plus tard). Notons que la deuxième moitié du film (la chasse au requin avec les trois personnages principaux) rappelle à plusieurs égards les récits mythologiques (la taille et le comportement bien particuliers du requin, les situations et les rebondissements imaginés lors de cette chasse, la fin spectaculaire du requin peu réaliste). La musique de John Williams représente à elle seule 50% de la réussite du film car sans elle, on croirait que le film est un documentaire de Cousteau. Le trio d'acteurs vedettes campe avec adresse leurs personnages respectifs en rendant à merveille à l'écran leurs tempéraments différents. Film à recommander aux enfants car il peut faire office de conte de fée (ce que les psychanalystes comme Bruno Bettleheim considèrent comme essentiel à l'équilibre affectif et mental d'un enfant dans son processus de croissance).

Le requin de "JAWS": Un monstre ultime et inoubliable parmi une longue série. Mathieu Lemée

JAWS 2 aka Les Dents de la Mer 2 - Jeannot Szwarc avec Roy Scheider, Lorraine Gary, Murray Hamilton, Joseph Mascolo, Jeffrey Kramer, Keith Gordon, 1977, États Unis, 116m

Deux ans après les évènements tragiques et les ravages causés par un grand requin blanc, la vie à la station balnéaire d'Amity Island a repris son cours. Mais de nouveaux incidents laissent croire à Martin Brody, le chef de police, qu'un nouveau requin blanc se trouve dans les parages. Il essaie à nouveau de convaincre la municipalité de fermer les plages mais en vain. Assurant la surveillance lors d'une baignade, il croit voir un requin attaquer et ouvre le feu alors qu'il ne s'agissait que d"un banc de poissons. Un appareil-photo d'un plongeur disparu est récupéré et l'on développe les photos devant Brody. L'une des photos montre un requin et Brody croit obtenir la preuve pour convaincre le conseil municipal de fermer les plages. Peine perdue pour Brody qui se voit perdre son poste de chef de police pour son insistance. Le lendemain matin cependant, un nouvel incident et la présence en mer d'un groupe de jeunes partis faire de la voile incite Brody à intervenir, surtout lorsqu'il apprend que ses deux fils sont parmi eux. Ceux-ci sont effectivement l'objet d'attaques répétées du requin blanc. Brody arrivera-t-il à temps pour les sauver?

Au départ, c'est le réalisateur John Hancock qui devait réaliser cette suite, mais il abandonna et le projet fût confié à Jeannot Szwarc, un réalisateur français auteur d'un petit film d'horreur: "BUGS". Il est évident que cette suite n'atteint pas la portée ni la qualité du film de Spielberg; le scénario reprend grosso modo les mêmes situations que dans le premier "JAWS", surtout dans la première moitié. La mise en scène de Szwarc est aussi plus faible que celle de Spielberg, tant techniquement qu'au plan intellectuel (dans certains plans cela paraît que le requin n'est pas réel et en plus on a complètement oublié le sang lorsque les victimes se font attaquer, à croire qu'elles ont été vampirisées avant). Malgré ces défauts, le film contient une bonne dose de suspense dans la deuxième partie (plus originale il est vrai) alors que le requin menace le groupe de jeunes à bord de leurs voiliers. La scène finale vaut bien celle du premier "JAWS" et la musique de John Williams est toujours d'une grande efficacité dramatique. Notons aussi la qualité d'interprétation de quelques jeunes inconnus entourés d'un Roy Scheider en forme. Bref, moins bon que le premier "JAWS" mais pas du tout médiocre pour autant et suffisamment divertissant pour retenir l'intérêt. Mathieu Lemée

JAWS 3 aka Les Dents de la Mer 3 - Joe Alves avec Dennis Quaid, Bess Armstrong, Simon MacCorkindale, Louis Gossett Jr., John Putch, Lea Thompson, 1983, États Unis, 98m

Alors y'a un Sea World qui ouvre en Floride avec pleins de manèges, de beaux poissons et de petites demoiselles en bikini faisant du ski nautique. Mais là, on découvre qu'il y a un requin blanc dans le parc qui bouffe tout le monde.

Heureusement que Dennis Quaid est là, il le capture et tout le monde est content. Mais là, on découvre un cadavre bouffé par un requin et la blondasse de profession nous apprend que le requin capturé aurait jamais pu bouffer quelqu'un parce qu'il est encore un bébé. Scandale ! La mère est dans le bassin et elle fait du tourisme, vite, Dennis Quaid à la rescousse !

Hum, c'est con à dire, mais j'avoue ne pas avoir détesté ce film, en grosse partie à cause de son étonnante stupidité. On dirait que tout sens de la logique ait été mis de côté par Richard Matheson lors de l'écriture du scénario. On note également qu'il y a très peu d'attaques de requin et que la moitié du film consiste à nous montrer les attractions de Sea World et a nous donné le goût de se baigner. Mais le meilleur du film reste la finale digne de n'importe quel bon épisode de FLIPPER où l'on apprend que l'un des dauphins n'a pas été bouffé par JAWS, m'as te dire que les matantes sont contentes d'apprendre ça !

Le film a été présenté en 3 dimensions, j'imagine qu'il devait être plus impressionnant puisque les effets 3-D, ils sont évidents, ont l'air réussis. Reste qu'il s'agit d'un excellent so-bad-it's-good qui m'a fait bien marrer. À noter que le DVD est affreux, même pour son prix peu élevé.

Up to part 4 ! Oncle Freak

Dans un lagon de l'état de Floride, un tout nouveau parc d'attractions aquatiques est sur le point d'ouvrir ses portes. Les responsables ignorent cependant qu'un requin a réussi à pénétrer dans le parc. Sa présence est finalement décelée lorsque Mike Brody (le fils du chef Brody), qui travaille à la confection du parc et sa femme Kathy, une biologiste spécialisé en animaux marins, sont attaqués pendant l'inspection du lagon. Kathy propose de capturer le requin vivant car aucun grand blanc n'a jamais été détenu ni étudié en captivité. Le requin est capturé, non sans difficultés. Le lendemain, le parc d'attractions ouvrent ses portes au public. C'est alors que les restes d'un surveillant sont découverts au fond du lagon. En examinant la dépouille, Kathy et Mike concluent qu'il y a un autre requin blanc bien plus gros dans le parc, probablement la mère ce celui qui a été capturé. Celui-ci se manifeste et sème la terreur chez les visiteurs tout en faisant quelques victimes. Le requin ayant endommagé le tunnel sous-marin, Brody doit sortir afin de le réparer pour assurer l'évacuation des visiteurs qui y sont emprisonnés. Mais pour cela, un homme doit attirer le requin ailleurs afin que Brody travaille en toute sécurité, ce qui n'est pas une mince affaire.

Autant le premier "JAWS" est un classique du cinéma d'horreur, autant ce troisième opus donne l'impression d'être un film de monstres à rabais réalisé par Ed Wood. Tourné en 3-D, le film offre une collection sans précédents d'effets spéciaux ratés et rigolos alimentés par une intrigue invraisemblable. L'une des nombreuses aberrations, et non la moindre, c'est que la caméra 3-D ne permettant pas de mouvements rapides des personnages au risque de causer des flous, le requin nage avec une lenteur incommensurable lors des prises de vue sous-marines, alors qu'on connait bien sa grande vitesse. Qui plus est, le spectateur attentif aura l'occasion de voir des vis fixées sur le requin dans quelques plans, ce qui achève définitivement de démolir sa crédibilité. Joe Alves, concepteur de décors et réalisateur de 2ième équipe des deux premiers "JAWS" n'a visiblement aucun de talent de metteur en scène, se contentant d'imiter pauvrement la recette à succès du genre et de filmer les eaux sombrement pour camoufler bêtement le treuil manipulant le requin. Quelques effets gores sont mis de l'avant par l'aspect tridimensionnel du film mais ils relèvent plus du gag que de l'horreur visuel. Il y a fort à parier que Dennis Quaid ne met pas ce film sur son C.V. aujourd'hui pour décrocher un rôle. D'ailleurs, toute l'interprétation a beaucoup de mal à garder son sérieux (le contraire serait étonnant). Mathieu Lemée

JAWS 4: THE REVENGE aka Les Dents de la Mer 4: la Revanche - Joseph Sargent avec Lorraine Gary, Lance Guest, Michael Caine, Mario Van Peebles, Karen Young, 1987, États Unis, 90m

À Amity Island, pendant la saison hivernale, Sean Brody, fils cadet de Martin Brody, ancien chef de police de l'endroit décédé d'une crise cardiaque, a succédé à son père. Au cours d'une inspection de routine des environs des quais, Sean est attaqué et dévoré par un grand requin blanc. Sa mère Ellen est convaincue que le requin qui a dévoré son fils veut venger ses congénères tués par son mari et régler un compte à sa famille. Son autre fils, Mike, lui suggère d'oublier le passé et de l'accompagner aux Bahamas où il habite pendant sa thèse de doctorat. Elle accepte et une fois sur place, reprend progressivement goût à la vie et tombe même amoureuse d'un pilote, Hoagie. Mais elle ignore que son fils Mike a échappé de justesse à une attaque d'un grand requin blanc pendant une exploration sous-marine de recherches pour sa thèse. Quand le requin s'attaque à la fille de Mike sous les yeus d'Ellen et de sa mère, Ellen a pris sa décision et est bien décidée à mettre fin à ce cauchemar. Elle s'empare d'un bateau et prend la mer, prête à affronter le requin et son destin.

Il est extrêmement difficile d'accorder créance à une telle histoire, qui tient plus d'une imagination gratuite que d'une crédibilité essentielle. En effet, comment peut-on croire un seul instant qu'un requin a des sentiments humains et veut venger les siens en s'en prenant exclusivement à la même famille? Cela tient donc plus de la science-fiction que du réalisme. Un vétéran réalisateur met tout cela en scène sans aucune personnalité. Il est d'ailleurs décevant que les effets d'horreurs aient été considérablement réduits par rapport aux précédents "JAWS" car il y a peu de victimes dans ce film. La technique est inégale (le treuil et les rails faisant bouger le requin sont souvent visibles) mais supérieur à "JAWS 3". Quelques scènes de suspense retiennent néanmoins l'attention, mais c'est bien peu comparé aux possibilités que le requin peut offrir. Malgré le format scope du film, on a l'impression de regarder un produit pour la télévision, tellement la photographie, le montage et le rythme d'ensemble rappelle ce genre de production. Les interprètes s'en tirent cependant assez bien, notamment Lorraine Gary et Michael Caine qui n'a heureusement pas pris le film au sérieux et a su apporter une bonne dose d'humour réjouissant. Mathieu Lemée

JERSEY SHORE SHARK ATTACK - John Shepphird avec Jeremy Luke, Melissa Molinaro, Jack Scalia, Tony Sirico, 2012, États Unis, 87m, TV

Jersey Shore rencontre les Dents de la Mer dans cette parodie produite pour la chaîne Syfy et produite par Fred Olen Ray.

Les quelques minutes que j'ai pu voir de la télé-réalité Jersey Shore m'avaient préparé pour cette expérience hautement volatile. Bourré de personnages adultes qui agissent comme des enfants, de filles peu vêtues et d'hommes hyper musclé de partout sauf de la tête. L'argument de base m'était inconnu. Il semble vrai qu'il y a eu en 1916 des attaques de requin sur les plages du Jersey, pour des raisons mystérieuses, mais les vibrations au sol semblent une piste de solution adoptée par certains conspirationnistes. Alors ici c'est les travaux pour construire un complexe immobiler qui attire ces requins de synthèse affamés. Les premiers à se rendre compte du drame ne sont pas crus par la police, même le fils du chef de la force constabulaire demande à fiston d'arrêter de déconner ! Lors de la fête du 4 juillet, précisément lors d'un concert de l'ex-membre de N'Sync, Joey Fatone, la vedette se fait bouffer devant la foule qui se retrouve hystérique et aspergée de sang !

Force est d'admettre que c'est un brin relaxant et souvent drôle, mais ne dites à personne que je vous l'ai dit. Il y a un concours de gilets mouillée, mais les filles portent leur bikini en dessous ! J'ai bien aimé revoir Tony Sirico, un court rôle pour la vedette des Sopranos. Idem pour Paul Sorvino dont le temps de présence est fort court. A noter le sidekick qui ne peut s'empêcher d'avoir toujours le sourire peu importe les morts qui s'accumulent. Mais bon, tout ceci étant dit, y a pas d'oscar ni de razzies en vue... Yo, get out of the water, bro ! Mario Giguère

1 | 2

Google
 
Web www.clubdesmonstres.com

GODZILLA

100 FILMS | INTRODUCTION | ART | ARCHIVES | BESTIAIREBLOG | NOS CHOIX | COURRIER | DICTIONNAIRE VISUEL | EDWIGE FENECH | FIGURINES | FORUM | GAZETTE | LECTURES | LIENS | LUTTE | MP3 - WAV | REPORTAGES | RESSOURCES | PHOTOS | VISIONNEMENTS | VENTE