1914 -1994

 Marino Girolami, père d'Enzo G Castellari, a touché à tous les métiers du cinéma et réalisé dans tous les genres, autant dans la comédie paillarde que dans l'horreur gore, au gré des mouvances de l'industrice cinématographique italienne.

4 ZIZIS AU GARDE À VOUS aka 4 Marmittoni Alle Grandi Manoir - Marino Girolami aka Franco Martinelli, 1974, Italie, 1h31

Quatre idiots représentant à peu près toutes les classes sociales en Italie sont convoqués à la caserne locale pour faire leur service militaire. Il y a le gosse de riche, le berger attardé, le sicilien méfiant et le voleur à la tire. Ils s'y rendent, à contre-coeur il faut dire, et c'est là que commence la foire inimaginable qu'ils causeront. Le voleur provoquera de toutes les occasions possibles et impossibles pour s'enrichir; le gosse de riche fera rétrograder tous les officiers qui l'engueulent; l'orgueil du sicilien le conduira aux pires excès, et pour finir le berger tombera en amour avec une fille de la Croix-Rouge à qui il ira donner son sang quatre fois de file.

Si vous aimez les comédies italiennes idiotes, celle-là est parfaite pour vous. Marino Girolami (DR. BUTCHER M.D.), un habitué du genre, malgré ses nombreuses incursions dans d'autres genres (il a réalisé une série de politziottsche mettant en vedette Maurizio Merli, dont notamment FORCED IMPACT), n'a nullement perdu la main. On remarquera même, au fil du récit, qu'il a raffiné certains gags et qu'il les a recyclés en '81, dans LE CON DE LA CLASSE. Ce qui frappe de prime abord, mis à part l'ambiance générale de carnaval du burlesque, c'est la vitesse à laquelle s'enfilent les gags. On a rarement le temps de se reposer. Toutes les gammes de la scatologie y passent, mais curieusement, il n'y a à peu près pas de chair féminine, peut-être à cause de l'année de production... La musique, propre au genre, est endiablée et débile, forçant parfois la note. Il est dommage que pas mal de blagues fassent référence à la politique italienne de l'époque, avec laquelle le commun des mortels n'est pas familier. On remarquera aussi une absence de gros plans sur le visage des acteurs, ce qui est un peu regrettable, étant un peu un préalable de la comédie "à l'italienne". Côté comédiens, on remarque Lino Banfi, qui porte la poisse à tout le monde dans le rôle d'un sergent maladroit. Alvaro Vitali est présent dans deux scènes, et il se contente pour tout le film de deux lignes de dialogue. Ce caméo n'est pas crédité et on se demande un peu comment il est possible que Girolami ne l'ait pas davantage exploité, mais il n'était pas vraiment connu à cette époque. On ressort de 4 ZIZIS... Avec le sourire aux lèvres, mais on se dit que ça aurait été bien plus drôle avec une participation plus importante de l'impayable Alvaro. Et qu'est-ce que c'est que cette séquence finale ?!? Orloff


Cliquer pour agrandir

Le CANCRE DU BAHUT aka Le Con de la Classe aka Pierino contro tutti - Marino Girolami avec Michela Miti, Enzo Liberti, 1981, Italie

Bon, j'aimerais bien qu'on m'explique, c'est "le con de la classe" ce truc ou quoi?

En tout cas, c'est un des spécimens filmiques qu'on se demande "comment c'est possible que des trucs pareils existent"!!? La vedette est bien sur Alvaro Vitali dans le rôle incroyable d'un connard d'écolier avec sa tête informe de crétin dégénéré du bulbe!

Pour vous situer, il est en 7ème et a redoublé 6 fois! Ce qui ferait à peu près un élève de 17 ans dans une classe d'enfants de 10 ans! En plus, Alvaro a bien 30 ans bien tassés, mais étant donnée son gabarit de nain laid, il fait parfaitement l'affaire affublée qu'il est de tenues ridicules d'écolier des années 20! L'histoire se résume aux pitreries de ce malade mental d'Alvaro qui cherche a tout prix à "accidenter" sa prof moche pour avoir la remplaçante belle en cours. Un des gags, qui résume bien le niveau, est le suivant : pour emmerder le prof de gym qui drague la remplaçante, Alvaro trempe le ballon de ce dernier dans son caca avant de le lui renvoyer!

Voila, et c'est comme ça 1h30!?

J'ajouterais aussi que le doubleur d'Alvaro a une voix un peu casse burne par dessus le marché... Je me demande si c'est pas celui qui fait Woody Allen en Français?

A regarder au 165ème degré quand même... Franfran

oui, c'est bien Le Con de la Classe ! Mario Giguère

Premier volet d'une longue série dans la plus pure tradition des comédies italiennes "bon marché", et réalisé par un Marino Girolami plutôt en forme, cet amalgame de farces faciles et de blagues classiques - qui ne l'étaient peut-être pas dans le temps mais qui aujourd'hui le sont devenues - surprend par son rythme infernal. Des vignettes comiques sont insérées un peu n'importe comment, qui s'intègrent tout de même assez bien au récit et qui ne donnent pas l'impression de "décrocher".

Alvaro Vitali est toujours à la hauteur, avec sa tronche de con, et le doublage français est on ne peut plus délirant. Michela Miti a un sérieux rôle à jouer dans l'appréciation du film; son postérieur et autres parties rondelettes de son corps sont d'innombrables facteurs qui viennent agrémenter le visionnement... Je retiens particulièrement la scène où le con et ses camarades vont au gymnase... La musique sert le propos léger, mais ce qui impressionne, c'est indubitablement le feu ininterrompu de blagues idiotes, qui déferlent à un rythme inégalable. On peut toujours se dire que, si certaines de ces blagues sont d'une nullité impressionnante, il y en a bien quelques-unes qui nous font éclater de rire... La comédie trash italienne à son meilleur. Orloff

Le CON CHEZ LES FOLLES aka Le Trou aux Folles aka Dove Vai se il Vizietto Non c'è l'Hai - Marino Girolami aka Franco Martinelli avec Renzo Montagnani, Paola Senatore, Lori del Santo, 1979, Italie, 1h27.

Cette fois-ci le Con (Alvaro Vitali) est bras droit et secrétaire d'un détective privé se spécialisant en cas d'adultères. Son patron est contacté par une épouse bafouée (la resplendissante Paola Senatore) qui lui offre 20 millions de lires s'il accepte de se déguiser en majordome tantouze et de s'installer chez elle pour surveiller son mari tout en faisant son enquête. Il accepte et amène avec lui Alvaro, qu'il déguise en cuisinière, et ils commencent leurs investigations avec une bonne humeur peu commune.

Ce volet de la série, qui est pour beaucoup de fans acharnés le meilleur - on le compare sans sourciller au CON DE LA CLASSE - est réalisé par un spécialiste des comédies érotiques de bas étage, Marino Girolami, à qui l'on doit notamment 4 ZIZIS AU GARDE-À-VOUS et qui s'est aventuré dans le domaine des zombies avec le célébrissime DR. BUTCHER M.D. On y retrouve le délicieux Alvaro Vitali qui fait le pitre, comme d'habitude, et qui est sublime en souffre-douleur. Paola Senatore joue ici la femme fatale et elle parvient par sa lascivité irrésistible à se hisser au même niveau qu'Edwige Fenech dans les autres volets. La réalisation est alerte et la musique enjouée, et on ne se fatigue pas des gags idiots, même après plusieurs écoutes. Un bon épisode pour un public de profanes qui désire se tremper délicatement les pieds dans le genre. Orloff

Deux détectives (Renzo Montagnani et Alvaro Vitali) abordés par l'affriolante et peu vêtue Paola Senatore qui leur demande de trouver la maîtresse de son mari. Car le monsieur (Mario Carotenuto) ne touche plus à sa femme, pourtant tellement adorable. L'idée est de se déguiser en majordome homosexuel et pour Alvaro en cuisinière rondelette et de travailler chez le couple, car il y a dans un tiroir bien gardé, des papiers probablement compromettants... seulement le chauffeur fait des avances à la cuisinière et les femmes de chambre veulent coucher avec le majordome supposément inoffensif.

Ah ce qu'elle est belle Paola ! On en oublie l'intrigue, pas si importante, pour admirer Madame, aguichante à souhait. Alvaro est assez tordant en dame potelée, tellement qu'il finira par revenir en homme, frérot d'elle-même, si vous voyez ce que je veux dire. Pour le reste on rame dans le flot de quiproquos habituels. Lori Del Santo est une des femmes de ménages aux voies nunuches au rôle mineur. Au final on ne s'ennuie pas, on passe un bon moment et on conclut l'histoire avec un dernier sourire. Parfois, on ne demande pas plus. Mario Giguère

GIGGI IL BULLO - Marino Girolami, 1982, Italie, version originale italienne 

Giggi (Alvaro Vitali) a une devise qui guide ses journées: dans la vie tu dois toujours être le premier ! Grande gueule, frondeur voire baveux invétéré, Giggi se mêle de tout et de rien, se retrouvant en prison avec un sale individu qui se gratte tout le temps, devenant mac pour une fille qui semblait vouloir en finir avec la vie, exploitant des enfants dont il a la garde, participant à un concours de danse original !

Pas facile à comprendre ou de saisir ou le film veut en venir. En fait, on se contente d'une tranche de vie d'un menteur mythomane qui donne et reçoit des baffes en rafale. Il y a bien ce concours de danse qui fait rire un peu, mais l'ensemble est somme toute banal. Les actrices sont mignonnes mais là aussi on a déjà vu plus affriolantes. Une enfilade de vignettes plus ou moins réussies ne font pas une bonne comédie. Mario Giguère

La LICEALE AL MARE CON L'AMICA DI PAPÀ - Marino Girolami avec Renzo Montagnani, Marisa Mell, Sabrina Siani, Alvaro Vitali, Giani Ciardo, 1980, Italie

C'est la fin de l'année scolaire, le moment des vacances quoi, alors la famille (la femme, le mari, la fille) va partir au bord de la mer. La femme, elle est du genre sévère, elle a tous les sous, et elle aime bien se faire tripoter par son mari dans des endroits publics. Pis elle dit "assez", et c'est fini.

Le mari, lui il aime pas trop ça, mais comme il a pas de sous et qu'en dehors que c'est madame qui commande, il est tranquille, ben il reste avec sa femme et il a une maîtresse.

La fille, quant à elle, a gagné le droit de repasser ses examens en septembre. Alors les parents décident de lui faire donner des cours privés pendant l'été, à la mer voyez-vous. Mais la femme, elle veut ni un mec, ni une nana, mais une Soeur. Alors le mari, il fait se substituer sa maîtresse à la Soeur, et c'est parti...

Contrairement à ce que le début peut laisser croire, on s'éloigne rapidement du vaudeville, et une bonne partie des gags sera provoquée par des éléments extérieurs à la famille. Tel une bande de bidasses en exercice dans le coin et fort intéressés par les effeuillages de nonne. Ou encore un duo de kidnappeurs aussi crétins qu'incompétents incarnés par Alvaro Vitali et Giani Ciardo.

Tout ceci n'est pas vraiment cohérent mais on s'en fout pas mal, l'important étant que Girolami connaît la musique du genre, et surtout son rythme, du coup on s'ennuie pas du tout et même on s'amuse assez.

Les acteurs sont bons, Renzo Montagnani comme à son habitude, Marisa Mell assure en Mater Domninatrix, et la petite Siani... bon, elle est bien mignonne.

Niveau sexy, on reste toutefois sage : topless et bikini riquiqui, rien de plus osé. 

Bien agréable, et c'est ce que j'attendais. 

Rajout : j'ai oublié un détail non négligeable : la chanson du film est interprétée par Alvaro himself ! Riton

LOVERBOY aka GRAZIE NONNA - Marino Girolami avec Edwige Fenech, 1975

Quand la seconde épouse du défunt grand-papa annonce qu'elle arrive en ville, directement du Brésil, la famille envoie le jeunot pour accueillir la mémé à l'aéroport. Mais la mémé est nulle autre que la jeune Edwige et tous les mâles de la famille en tomberont éperdument amoureux. Le curé du village aussi.

Edwige est belle comme ce n'est pas possible et la comédie est de bon aloi, sans casser des records.

Un bon moment en bonne compagnie. Mario Giguère

OPERATION JAGUAR aka ITALIA A MANO ARMATA - Franco Martinelli alias Marino Girolami, Italie, 1976

Au même moment, des bandits attaquent une banque et détournent un car de ramassage scolaire. L'inspecteur Betti (Maurizio Merli, au sommet de sa forme) arrive sur les lieux du hold-up, mais les bandits s'enfuient en emmenant un otage qui est en fait un des leurs. Aidé par son ami l'inspecteur Arpino (Raymond Pellegrin, qui se retrouvera en 1984 à partager la vedette de la saga télévisée française CHATEAUVALLON avec... Luc Merenda !), Betti va découvrir le lien entre les deux faits divers et se lancer à la poursuite des gangsters...

Tous les ingrédients d'un bon "poliziesco" sont ici réunis, dans ce film mené d'une main expérimentée par Franco Martinelli aka Marino Girolami aka le père d'Enzo G. Castellari : un rythme enlevé, de nombreuses scènes de baston, deux ou trois poursuites ravageuses, de savoureuses trognes de gangsters, un John Saxon très à l'aise en truand de haut vol, et Maurizio Merli bien-sûr ! Le blond moustachu ne fait pas dans la dentelle et ne se laisse pas voler dans les plumes. Certes, le père Castellari n'est pas un grand styliste, au contraire de son fils. Certes encore, on se rend parfois compte que tout cela a dû être tourné un peu à la va-vite, entre Milan et Gênes, mais on ne voit pas le temps passer. Des scènes de séduction sirupeuses entre Merli et Mirella d'Angelo viennent parfois ralentir l'action, le tout débouchant sur une fin que l'on croit heureuse... Jusqu'aux dernières secondes, diaboliques et susceptibles de rendre paranoïaque le plus béat des optimistes. Bref, de la très bonne "pulp fiction" spaghetti ! A noter que l'excellent thème de Franco Micalizzi figure sur la superbe compilation Beretta 70 (disques Crippled Dick Hot Wax). Stelvio

PIERINO COLPISCE ANCORA - Marino Girolami, 1982, Italie 

Suite du très célèbre LE CON DE LA CLASSE aka LE CANCRE DU BAHUT. Pierino (Alvaro Vitali) n'arrivant toujours pas à obtenir ses notes de passage, son père se décide à l'envoyer dans un collège privé. Entre la fille du directeur qui le poursuit de son amour et de ses 400 livres et la bellissime professora Rizzi (Michele Miti) qui ne l'endure pas en classe, notre con n'avance pas plus loin dans ses études ! Tellement que le scénario le sort de cet endroit pour essayer de lui trouver un authentique emploi.

Comme LE CON DE LA CLASSE, la majorité des gags sont dans les dialogues, dans cette version italienne j'en ai donc perdu des bouts. Mais il reste un lot de gags visuels, le point culminant étant un combat de boxe avec un des élèves du collège, remplit de pirouettes incrédibles. Gags de flatulences à répétition, belle italienne à la jupe courte, des conneries à la tonne, le film reste dans le ton de la série. A noter la musique très enjouée qui nous colle dans le cerveau. Un péché mignon. Mario Giguère

ROME VIOLENTE aka Violent Rome aka Forced Impact aka Roma Violenta - Franco Martinelli aka Marino Girolami avec Maurizio Merli, Richard Conte, Ray Lovelock, Silvano Tranquilli, John Steiner, Daniela Giordano, 1975, Italie, 89m

À Rome, le commissaire de police Betti vient de perdre son frère adolescent au cours d'une attaque criminelle. Suite à un autre incident semblable à bord d'un autobus, Betti voit sa haine personnelle s'accroître envers tous les hors-la-loi et il décide d'utiliser la manière forte envers eux. Cette attitude butée lui vaut d'être renvoyé de la police manu militari. Betti entre alors au service d'un riche avocat qui a mis sur pied une milice privée pour combattre le crime. Seulement voilà, ces méthodes violentes employées par ce groupe de justiciers entraînent des représailles encore plus dures de la part des criminels. Pris dans un cul-de-sac, Betti aura du pain sur la planche pour nettoyer Rome de la pègre et des voyous.

Réalisé un an avant "ITALIA A MANO ARMATA" avec le même réalisateur et acteur vedette, ce "poliziotteschi" italien a bien entendu tiré parti des succès américains dans le film policier des années 70 tout comme de la montée de la criminalité en Italie à cette époque. L'on y retrouve tous les éléments figurants au cahier des charges du genre: bagarres, fusillades, poursuites et massacres se succèdent à vive allure tout au long d'un scénario prétexte à des données succinctes sur la vengeance et la prise en mains individuelle de la justice quand le système et les institutions qui la représentent ont échoué. Si l'on peut ne pas être d'accord avec ce point de vue assez "facho" et gratuit, il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'un film d'action haletant et mouvementé à souhait grâce à une mise en scène très alerte de la part du vétéran Marino Girolami. Rien que pour cela, le spectacle vaut le détour en plus de profiter d'une très bonne trame sonore des frères De Angelis (dont un morceau figure sur le CD de compilation "BERETTA 70"). En gros, ça schlingue et ça barde et on est amplement satisfait après le visionnement. Maurizio Merli met de l'aplomb dans l'aile (jeu de mots) dans son excellente composition physique du héros et il est bien secondé par le reste du casting, notamment Richard Conte et Ray Lovelock. Mathieu Lemée

la TERREUR DES ZOMBIES aka DR. BUTCHER MD aka Zombi Holocaust - Marino Girolami, 1979    

Du bon Z rital qui tache, qui pioche autant dans le ZOMBIE de Fulci que dans le CANNIBAL HOLOCAUST de Deaodato, sans pour autant atteindre le niveau de ses inspirateurs, cela va de soi. Dans la morgue d'un hôpital new-yorkais, de morceaux de cadavres disparaissent. La raison: un employé bouffait des morceaux. Celui-ci, une fois découvert, se jette par une fenêtre. Un tatouage qu'il arborait sur la poitrine indique qu'il vient d'une île tropicale peuplée de cannibales. Ni une, ni deux, une équipe de journalistes et d'autres personnes partent pour l'île en question. Et bien sur, ils y croisent des cannibales. Et ces cannibales ont faim. Alors, ils bouffent les porteurs pour commencer, puis quelques héros. Mais voila que certain héros seront sauvés in extremis par l'arrivée de zombies peu convaincants qui font "hunnnnnnnnnnnnnnnn" (autrement dit, un long et pénible râle de fatigue. Ces zombies sont en fait le fruit des expériences d'un savant fou qui expérimente sur l'île. Le film fini par la mort de celui-ci, qui se fait buter par les cannibales, et brûler son labo pourri. Les scènes gores ne manquent pas: les yeux sont crevés, les ventres éventrés (!), les tripes étripées (!!), des têtes sont trépanées, etc... Dans le dernier Craignos Monster, JPP dit qu'à la fin du film, il reste 3 survivants, or dans le film que j'ai vu, il n'en reste que deux. Alors, JPP se serait-il lamentablement gouré, ou a-t-il vu une version cut ? Kerozene

Un cannibale qui est étudiant dans une école de médecine en profite pour grignoter tout en étudiant. Il se fera pincer et toute une équipe partira vers l’île de Kino aller voir ses copains et le Docteur O'Brien. Mais le docteur s'amuse a faire des transplantations de cerveaux dans des corps indigènes morts et les encourage au cannibalisme. Plein de Gore et de rebondissements morbides dans cette histoire qui a dû s'inspirer Emmanuelle et les cannibales, même motif musical et héroïne que l'on méprends pour une déesse. La fin est abrupte pas possible, mais pour le gore, on est servi. Mario Giguère

YOU'VE GOT TO HAVE HEART aka la Moglie virgin aka the virgin wife - Marino Girolami avec Edwige Fenech, Renzo Montegianni, Carroll Baker, 1975, Italie

Valentina ( Edwige ) est bien triste lorsque son nouvel époux ( Ray Lovelock ) se révèle incapable d’accomplir son devoir conjugal. Son oncle ( Renzo ) essaie de les aider par tous les moyens, quand il n'a pas les mains sur les autres femmes de la maison, tout comme la mère de Valentina ( Carroll Baker ), mais rien n'y fait.

Un scénario simple, prétexte à des jeux de mots, des actions à double sens et de fort jolies interprètes avec juste assez de rebondissements pour capter l'attention. Une comédie sexy légère qui se regarde bien.  Mario Giguère

La voluptueuse Valentina (Edwige Fenech), fraîchement mariée à Giovanni (Ray Lovelock qui fait ici son bellâtre), semble être tombée sur un bon parti. Il est élégant, de bonne famille, mais il a un petit problème, mineur pour lui, majeur pour sa femme : il bande mou. L'oncle de Giovanni, Federico (magistral Renzo Montagnani), un coq pur sang qui ne vit que pour la galipette, croit que son neveu a correctement rempli son devoir conjugal et en est plutôt fier, considérant son admiration pour la plastique d'Edwige. Il sera donc légèrement sous le choc lorsque la maman de celle-ci, Lucia (Carroll Baker), lui apprendra l'impotente vérité. Ils se mettront donc à la recherche de la cure miracle, tous en coeur pour guérir le "manque de vigueur" de l'ami Lovelock.

Voilà une comédie italienne bien sympathique, avec des interprètes familiers et habiles, et un prétexte tout à fait savoureux. Bien avant le traitement populiste de Claude Berri dans LA DÉBANDADE, le célèbre amoralisme italien frappait fort. Girolami peut ici être considéré comme un parent pauvre d'Ettore Scola avec une finale qui défie tout bon sens, et qui a dû en scandaliser plus d'un à l'époque.

Le rythme de l'ensemble évite que le spectateur ne s'ennuie, et il est bien entendu toujours agréable d'avoir sous les yeux les courbes enivrantes de Fenech, qui fait comme d'habitude tourner les sangs de tout le monde ! Girolami, avec une certaine pudeur, n'abuse pas des gros plans sur ses appâts, ni sur ceux des autres actrices d'ailleurs; on se déshabille, mais toujours avec bon goût. Les soubrettes sont comme d'habitude gaillardement "au service" de la bourgeoisie, ne protestant même pas lorsqu'elles sont assaillies par les mâles en rut de la bonne société. Girolami est donc mis en parallèle avec son collègue français Max Pécas, car ils possèdent tous les deux une vision fort réductrice de cette relation stéréotypée entre les servants et les servis.

Il serait ici inutile de présenter le réalisateur, père d'une oeuvre impressionnante et d'un fils tout aussi impressionnant, Enzo G. Castellari. Pionnier du spaghetti western et de la sexy comédie, artisan de quelques polars brutaux et haletants, Girolami a touché à tous les genres avec un succès égal.

Ray Lovelock, à l'époque fort occupé à faire sa marque dans le cinéma de genre, venait l'année précédente de boucler le tournage de LET SLEEPING CORPSES LIE, de Jorge Grau, ainsi que de ALMOST HUMAN, de Lenzi. Il allait en '75 aussi apparaître dans AUTOPSY de Crispino, ROMA VIOLENTA de Girolami père, et le fabuleux LIVE LIKE A COP, DIE LIKE A MAN de Deodato ! Il est ici fort crédible dans la peau d'un époux docile, affublé d'un complexe d'Oedipe problématique et dont le bâton se durcit seulement en présence de femmes maternelles et débauchées.

Carroll Baker, américaine d'origine ayant fait une longue carrière en Italie, est ici plutôt sévère jusqu'à ce qu'on orage la dévête, révélant un caractère bouillant. Outre ses nombreuses apparitions dans les gialli (de Lenzi, entre autres) elle est aussi apparue dans le récemment chroniqué CONFESSIONS OF A FRUSTRATED HOUSEWIFE de Bianchi, en '76, et comporte aussi à son actif un rôle dans KINDERGARTEN COP, en '90, aux côtés d'Arnold Schwarzenegger, gouverneur actuel de la Californie.

Une des domestiques, une jolie petite blonde à la jupe courte constamment soulevée, Gabriella Giorgelli, est aussi apparue dans SEVEN BLOODSTAINED ORCHIDS, de Lenzi, en '72, pour revenir sous sa direction en '77 dans THE CYNIC, THE RAT & THE FIST. Même Fellini a fait appel à ses "services" en '80 dans CITY OF WOMEN...

On retrouve aussi Michele Gamino, un habitué de la série des CON, aux côtés de sa femme interprétée par Florence Barnes, qui a un fort penchant pour le nudisme et dont la carrière fut plutôt courte. Ils ajoutent un élément comique à l'accumulation déjà saisissante, faisant de YOU'VE GOT TO HAVE HEART un agréable divertissement, dont le visionnement nous permet par le même fait d'encourager la cinématographie italienne asphyxiée de nos jours par la banalité. Orloff

Google
 
Web www.clubdesmonstres.com

FILMS D'ITALIE

100 FILMS | INTRODUCTION | ART | ARCHIVES | BESTIAIREBLOG | NOS CHOIX | COURRIER | DICTIONNAIRE VISUEL | EDWIGE FENECH | FIGURINES | FORUM | GAZETTE | LECTURES | LIENS | LUTTE | MP3 - WAV | REPORTAGES | RESSOURCES | PHOTOS | VISIONNEMENTS | VENTE